Soul Hackers 2
Publié le 26/08/2022 Dans Xbox Series X
Un retour inattendu.

Vingt-cinq ans après le premier chapitre, Atlus a décidé de créer un Soul Hackers 2, revisitant l'univers cyberpunk du vieux classique Sega Saturn (porté en 1999 sur PSOne et en 2012 sur Nintendo 3DS) avec un style esthétique radicalement différent. Comme dans le cas de Persona, Soul Hackers a également " renoncé " au titre Shin Megami Tensei, ne s'affichant donc pas comme un spin-off de Megaten. Après l'énorme succès commercial de Persona, on a l'impression qu'Atlus essaie de capter cette même étincelle avec ses autres séries. Le résultat, cependant, n'est ni aussi poli que le Persona de Hashino, ni aussi complexe que les dungeon crawlers de Shin Megami Tensei, trouvant plutôt un agréable terrain d'entente mais sans excellence particulière. L'histoire joue un rôle majeur dans Soul Hackers 2 et nous entraîne dans une quête pour trouver les 5 Alliances, des artefacts magiques capables d'invoquer l'Être suprême et de provoquer la fin du monde. Le protagoniste est Ringo, l'un des deux êtres humains artificiels créés par Aion, une IA capable de prédire l'avenir, dans le but d'éviter l'apocalypse. Dans l'aventure, elle sera accompagnée de trois autres personnages jouables, Arrow, Saizo et Milady. Sur le plan narratif, les personnages sont sans aucun doute le point fort de Soul Hackers 2. Arrow peut apparaître assez basique et délibérément dépourvu de charisme pour s'adapter aux joueurs. En revanche, Saizo Milady et Ringo possèdent une excellente caractérisation qui rend leurs interactions toujours intéressantes. Bien que les développements ne soient pas particulièrement originaux, le casting est appréciable dès le début et cela a contribué à une narration compétente, mais qui ne va pas plus loin.

L'histoire est certes suffisante, elle parvient à intéresser, mais elle est trop courte et superficielle pour avoir l'impact que les scénaristes souhaitaient. Contrairement à Shin Megami Tensei V, qui adopte un modèle de carte ouverte fantastique (et l'Unreal Engine 4), ou à Persona 5, qui dispose de plusieurs donjons complexes et uniques, Soul Hackers 2 décide de revenir aux origines dungeon crawler de la série (et au moteur Unity). Il faut préciser que ce n'est pas un problème, le dungeon crawling de Megaten est souvent exceptionnel et les meilleurs titres (ou sans être vague, Shin Megami Tensei Strange Journey) font partie des meilleurs JRPG jamais réalisés. Mais malheureusement, le dernier titre d'Atlus porte en lui plusieurs des défauts des anciens spin-offs, sans en hériter tous les mérites. Les donjons sont esthétiquement plats, avec très peu de textures et beaucoup de donjons se ressemblant. Pour donner un exemple sans spoiler, il y a trois donjons sur le thème du métro qui sont esthétiquement identiques. Ces seuls niveaux, sur un total de huit, seraient déjà assez mauvais, mais ils ne sont pas les seuls à présenter ce défaut. Tout compte fait, la seule instance complètement originale et jamais recyclée est le donjon final. La présence de l'Axis, des donjons complètement monochromes semblables au Kalpa de Shin Megami Tensei III, ne fait qu'ajouter au fardeau de l'exploration de niveaux esthétiquement monotones.

Des hauts et des bas.

Les cartes des donjons et les gimmicks qu'elles contiennent sont elles-mêmes très simples, loin des sommets atteints par Strange Journey et Nocturne. Ce sont de bons niveaux, clairement plus intéressants que les instances procédurales de Persona 3/4 ou Tokyo Mirage Session, mais on ne peut s'empêcher de penser que l'équipe aurait pu en faire plus, surtout si l'on considère le recyclage massif de modèles et de textures. Le jeu a également un rythme étrange, en jouant uniquement la campagne principale le titre pourrait être terminé en quelques heures, cependant Soul Hackers 2 vous pousse à vous consacrer aux secondaires et à l'exploration de l'Axis. La durée peut donc varier d'environ quinze heures si vous jouez en mode Facile à environ trente heures si vous jouez en mode Normal ou Difficile. En effet, la difficulté est calibrée pour pousser le joueur vers le contenu secondaire. L'essentiel de l'expérience de jeu sera réparti entre l'Axis et les quêtes annexes. Soul Hackers 2 est un jeu qui, objectivement, a peu de contenu. Cependant, les développeurs se sont efforcés de le rendre aussi dense que possible et de récompenser largement le joueur qui se consacre à tout ce que le titre a à offrir. Le New Game + offre du contenu supplémentaire, prolongeant les heures de jeu, donc pour ceux qui le veulent, il y a certainement beaucoup à explorer... cependant une grande partie de ce contenu est recyclé ou littéralement répété. Cela dit, il y a encore beaucoup de choses à aimer. Le monde de Soul Hackers 2 est appréciable et les récompenses des quêtes secondaires ou de l'Axis étaient toujours satisfaisantes à obtenir. Nous ne parlons pas seulement des compétences passives et non passives qui changent complètement le gameplay du jeu, mais aussi des événements sociaux qui approfondissent la bonne distribution des personnages. Il y a plus de quarante événements sociaux, tous bien écrits et variés, avec des interactions entre différents personnages et pas seulement entre Ringo et le méchant de service (comme c'est souvent le cas avec les Social Links ou les Confidants).

Le système de combat est solide, mais il est essentiel de l'étendre grâce aux récompenses de l'Axis ou du COMP. Les premières heures peuvent sembler limitées par rapport aux autres Megaten, mais la boucle constante d'améliorations ajoute tellement de mécanique. Soul Hackers 2 n'utilise pas le Press Turn System (tour par tour) de SMT III, V et Persona de Hashino, mais s'appuie plutôt sur le Sabbath, de puissantes attaques de zone délivrées à la fin d'un tour si les faiblesses de l'ennemi sont touchées (et plus encore). Revenir à un Shin Megami Tensei dépourvu de Press Turn est rafraîchissant, et nous avons apprécié la façon dont les attaques évoluent au cours du jeu. Sur le plan du combat pur, grâce en partie aux nombreux secondaires mentionnés plus haut, Soul Hackers 2 est très bon, bien que moins que SMT V. Esthétiquement, en dehors du recyclage des donjons, le jeu est fantastique. L'attrait visuel est remarquable et les différents quartiers de la ville se distinguent facilement. Le design général des personnages et des ennemis est de premier ordre, avec un style proche de The World Ends With You, ce qui place Soul Hackers 2 à mi-chemin entre le style ancien de la série et le style plus coloré et plus léger de Tokyo Mirage Session. Cela peut certainement ne pas plaire, mais la façon dont les développeurs ont réussi à rendre ce jeu unique et distinct sur le plan esthétique est agréable. La bande-son est dans l'ensemble suffisante, de nombreuses pistes sont malheureusement oubliables, cependant il y a quelques très bonnes chansons, notamment dans les principaux combats de boss.

VERDICT

Soul Hackers 2 est un titre qui aurait pu être tellement plus, mais ce qu'il est reste plus que bon. Le gameplay est d'un classicisme exceptionnel pour Shin Megami Tensei, mais avec des tournures inédites qui le distinguent des autres titres récents. Les acteurs sont solides et mémorables, l'intrigue n'est pas surprenante mais pas ennuyeuse non plus. Malheureusement, les donjons, avec leur esthétique banale et leur disposition linéaire, ne nous ont pas beaucoup plu et, dans certaines situations, nous avons eu l'impression que la conception avait été bâclée. Ce n'est pas un classique moderne comme Persona 5 ou Shin Megami Tensei V, mais si vous êtes déjà un fan de la saga ou même simplement du genre JRPG, vous ne le manquerez pas. N'en attendez pas trop cependant.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?