Test de l'Epson Moverio BT-100
Publié le 20/03/2012 Dans Vidéo
Introduction
L'Epson Moverio, c'est un peu un objet ovni qui débarque sur votre bureau pour bien commencer la semaine. A part un casque Sony, le HMZ-T1, qui lui est un casque complètement immersif, il n'y a que peu de concurrence dans un domaine qui il y a un an encore relevait de la complète science fiction. Epson et Sony nous font donc entrer dans une nouvelle ère de la vision, et même si il y a certaines critiques à formuler, il faut garder à l'esprit que ces produits sont le fruit d'une innovation et, que de notre part, ils garderont notre respect pour avoir ouvert la voie.

images/articles/article11694/001.jpg

Ceci étant dit, parlons maintenant un petit peu de la technique, et de ce qu'est ce Moverio BT-100. Le BT-100 est un casque dans lequel Epson a logé deux petits projecteurs qui diffusent une image pour chaque oeil sur un petit écran biseauté. L'image résultante est d'une résolution de 960x540 pixels, ce qui n'est pas énorme mais qui pour une distance aussi proche est déjà très prometteur et permet sans grand problème de regarder une vidéo en très bonne qualité.

images/articles/article11694/002.jpg

Le casque est résolument mobile, même si il faut comprendre par cela qu'il vous permet de regarder une vidéo en dehors de chez vous et non pas de vous promener en rue pendant que vous regardez un film. Car bien que les lunettes soient translucides, et que vous gardez en permanence une vue sur votre environnement, il est fortement déconseillé de se promener en rue en regardant le dernier épisode de Fringe, sous peine de vous prendre un bus en pleine figure. Mais on peut facilement imaginer regarder son épisode de série préféré dans le train ou dans l'avion, et ce de manière totalement confidentielle car vous serez le seul à voir le contenu projeté sur vos lunettes.

images/articles/article11694/003.jpg

Comme vous pouvez le voir sur les photos donc, les lunettes sont branchées à un boîtier Android en 2.2, qui permet non seulement de contrôler le casque mais qui font également office de batterie ce qui vous évite une grosse partie du poids sur le nez. L'avantage de ce boîtier externe également est, de notre point de vue, qu'Epson a opté pour Android comme système d'exploitation. Bien que peu fourni en application de base, et totalement vide de tout média pour tester le casque, le fait d'utiliser Android a déjà permis à certains fans de contrôler un drône parrot avec le boîtier tout en regardant la caméra de l'AR Drone en direct sur les lunettes. Android permet donc d'espérer qu'il y aura une ouverture à de nombreuses applications qui pourraient, en mobile, offrir une nouvelle perspective, et Epson vise clairement sur ce créneau pour la partie industrielle.

images/articles/article11694/004.jpg

Imaginez par exemple pouvoir vous promener en ville avec des lunettes vous expliquant l'histoire de la ville, tout en ayant un oeil sur la ville elle même. Certes, pour les scénarios les plus fous il aurait manqué un GPS et un magnétomètre, mais on peut penser que Epson ou un autre penseront à rajouter ce genres de fonctionnalités dans des nouvelles versions du boîtier. On est en effet à un pas seulement de pouvoir par exemple faire un tour en vélo tout en regardant le trajet GPS de votre promenade sur un écran en surimpression. C'est dingue, et rien que pour avoir ouvert cette voie, merci Epson et Sony.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
8 / 10
Informaticien.be - © 2002-2023 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?