Horse Tales : La Vallée d'Eméraude
Publié le 17/01/2023 Dans PlayStation 4
De la police aux chevaux.

Si vous aimez les simulateurs, vous savez qu'Aesir Interactive est responsable de la création de Police Simulator : Patrol Officer. Cependant, le travail de l'équipe allemande a fait l'objet de plus d'une critique, ce qui a incité ces derniers à changer complètement de secteur. Des voitures et des criminels, nous sommes passés au monde relaxant des chevaux avec Horse Tales : Emerald Valley Ranch. Le titre, malheureusement, n'a pas un scénario captivant ou même innovant. Comme dans tout Farming Simulator, on se retrouve à atterrir sur une terre semi-inconnue. Le protagoniste de l'aventure a entendu des histoires sur le fantastique ranch de son oncle et de sa tante, une installation luxuriante nichée dans la verte vallée d'Émeraude. Malheureusement, ce qui nous attend est loin d'être une résidence somptueuse. La structure est délabrée, un véritable chantier à ciel ouvert dépourvu de toute commodité. En partant d'une petite tente et aidé par de nombreux amis, notre (ou notre) protagoniste devra créer la structure parfaite. Tout cela sans oublier les véritables héros du jeu. Comme il est facile de le deviner d'après le nom et le contexte, Horse Tales est en effet axé sur les chevaux. Dès le début, vous êtes mis en contact avec ces puissantes créatures, qu'il faut gérer et soigner du mieux possible. L'ensemble de l'expérience de jeu est cependant dédié à un public très jeune, à tel point que les contrôles et les mécanismes sont incroyablement basiques. Ce n'est pas que ce soit, du moins au début, une mauvaise chose, vu le peu de tutoriels et d'explications.

La structure de Horse Tales : Emerald Valley Ranch est incroyablement linéaire. Les joueurs se retrouvent immergés dans un vaste monde ouvert et doivent réaliser les souhaits d'une série de PNJ. La plupart du temps, il suffit de se rendre d'un point A à un point B, en collectant des ressources ou des objets spéciaux. Cependant, comme nous le verrons, les essais plus substantiels impliquant les quadrupèdes agiles ne manquent pas. Les premières minutes servent à se familiariser avec un monde qui apparaît d'emblée discrètement poli mais incroyablement vide. La zone portuaire où débarque le protagoniste ressemble à une ville fantôme, totalement dépourvue d'animation ou d'habitants. Seule une jeune femme s'approche de nous, nous donnant l'opportunité de monter notre premier cheval. Les animaux se distinguent immédiatement par la qualité de leur réalisation et les nombreux détails qui les rendent vraiment réalistes. Et ce, malgré le choix graphique de modèles de style cartoon, qui rappelleront à la plupart le mythique Spirit de Dreamworks. Tout semble être à la portée d'un jeune joueur, y compris les commandes de base permettant de se déplacer, de sauter et d'esquiver une fois sur le dos de son cheval. Dès le début, cependant, il y a une sensation désagréable liée à la manipulation de la caméra, qui ne reste pas centrée mais fixe, ce qui rend les mouvements incroyablement compliqués. Malgré cela, n'importe qui parviendra à accomplir les premières tâches simples et à apprendre les bases d'un jeu de gestion avec une forte composante de soins équins.

La vallée d'émeraude.

Au cours de la campagne, Horse Tales : Emerald Valley Ranch ne propose aucune variation particulière sur le thème. Tout est réduit à une série de missions séquentielles, entrecoupées par le soin de son propre cheval et des défis secondaires. Ces derniers constituent en fait la partie la plus réussie du jeu : entre les concours d'équitation et la chasse aux chevaux sauvages à capturer et à ajouter à votre écurie, vous ne vous ennuierez jamais. On ne peut pas en dire autant d'une partie gestion inégale et confuse, où très souvent vous allez construire des structures juste pour remplir des objectifs, sans vraiment comprendre comment gérer au mieux le ranch. C'est vraiment dommage, car en revanche, l'exploration du monde ouvert à cheval est bien gérée et décidément fascinante. Sortir d'une route secondaire ou retrouver les sentiers en passant par des grottes et des forêts sont des choix qui parviennent à donner une réelle satisfaction, également sur le plan visuel. Malgré une pauvreté générale des textures, les espaces extérieurs sont en fait de bonne qualité et de couleurs très vives. Il faut évidemment fermer les yeux (ou plutôt deux yeux) sur les pop-ups et certains bugs graphiques, mais en général, se balader dans Emerald Valley est une expérience enrichissante. Il en va de même pour l'entretien de votre cheval. En plus de le dorloter, vous pouvez le nettoyer, le toiletter et, d'une manière générale, le garder en bonne santé. Ces procédures sont traitées par des épreuves simples, liées à la connaissance de la créature. Certains voudront être brossés ou caressés de manière spécifique ou manger certains aliments. Trouver le bon équilibre vous permettra de tirer le meilleur parti de vos chevaux et peut-être de supprimer certains de leurs états altérés tels que la peur ou la fatigue.

Malgré quelques problèmes de mise en œuvre technique, Horse Tales parvient à captiver le joueur avec une atmosphère presque zen. Malheureusement, au fil du temps, ce charme se perd, en raison de l'absence de certains éléments fondamentaux. La gestion de la ville, bien qu'intéressante, n'est, comme mentionné, pas soutenue par des explications appropriées, ce qui la rend presque frustrante par moments. De plus, dans les premières étapes, la composante de personnalisation est totalement absente, à l'exception d'un menu initial qui vous permet de définir l'apparence du protagoniste. L'introduction d'éléments cosmétiques intervient beaucoup plus tard dans le jeu, ne permettant pas aux jeunes joueurs de s'identifier à l'avatar ou même aux chevaux qui l'accompagnent. La décision de ne pas inclure un cycle jour/nuit, avec tout ce que cela implique, est également surprenante. Un autre point sensible est lié à la récupération des ressources, qui se fait automatiquement en passant à proximité de celles-ci, qui restent flottantes sur le sol. Une plus grande interactivité aurait certainement aidé et aurait également permis une certaine diversification. Comme mentionné, les graphismes sont discrets, offrant une bonne palette de couleurs mais des modèles polygonaux un peu arriérés, avec des animations presque en bois. Un discours à part pour les chevaux, auxquels une grande attention a été accordée (à juste titre). Les mouvements sont très fluides et bien rendus, un vrai plaisir pour les yeux. La bande sonore est bonne, qui ne donne pas d'émotion particulière mais accompagne l'ensemble de l'aventure de manière cohérente. La décision de doter les personnages de voix de type Les Sims est curieuse, car elle a permis de surmonter l'obstacle du doublage. Les textes en bon français, quant à eux, permettent aux joueurs de tous âges de mieux comprendre tout ce qui se passe dans le jeu. Enfin, la longévité est bonne : bien qu'il n'y ait pas trop de missions, Horse Tales est en fait potentiellement éternel.

VERDICT

Horse Tales : Emerald Valley Ranch est un titre destiné aux jeunes passionnés de chevaux, et c'est ainsi qu'il doit être analysé. Malheureusement, même avec cette prémisse en tête, le titre d'Aesir Interactive n'est pas à la hauteur des attentes, offrant un gameplay bien trop basique et manquant de quelques explications bien nécessaires. L'exploration à cheval est définitivement fascinante, également soutenue par de bonnes animations. Il est cependant dommage que l'univers du jeu semble constamment vide et aseptisé. Quelques problèmes techniques et des modèles polygonaux pas toujours à la hauteur ne permettent pas à Horse Tales de passer le cap de la suffisance.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
6 / 10
Informaticien.be - © 2002-2023 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?