XIII
Publié le 09/12/2022 Dans Nintendo Switch
Le remake d'un remake.

L'histoire de XIII, si on y réfléchit un instant, est une histoire qui, d'une certaine manière, fait sourire. Né il y a 19 ans sur PC, PS2, GameCube et Xbox, le titre d'Ubisoft inspiré de la magnifique série de bandes dessinées éponyme - écrite par Jean Van Hamme et dessinée par William Vance - est rapidement devenu un phénomène culte. Les ventes pas vraiment retentissantes n'ont pas empêché le titre de se frayer un chemin dans le cœur des joueurs pour diverses raisons, en premier lieu une narration parfaite de thriller d'espionnage et, plus encore, une direction artistique exquise de type bande dessinée en cel-shading capable de pousser le tout prodigieux Unreal Engine 2 à ses limites. Ajoutez à cela un gameplay bien conçu, peu innovant même par rapport aux normes de 2003, mais néanmoins capable d'équilibrer les sections furtives et les tirs au couteau, et oui : pourquoi ne pas le ramener, 17 ans plus tard, en pleine forme sur PS4 et Xbox One ? En 2020, voici XIII Remake, né des efforts de Microids et PlayMagic, dont la chance semblait écrite avant même sa sortie : après tout, qu'est-ce qui pouvait bien se passer avec une propriété intellectuelle de premier ordre comme XIII sur les bras ? Vous connaissez la réponse : tout. Et par tout, croyez-nous, on veut vraiment dire tout : une direction artistique dénaturée, un gameplay terriblement géré et boiteux, une sonorisation maladroite et, last but not least, un compartiment technologique indéfendable : si XIII Remake a décroché la médaille d'argent des pires titres de 2020 selon Metacritic (cédant la suprématie à Tiny Racer sur Switch), eh bien, ne nous dites pas qu'il n'y avait pas de bonnes raisons. L'échec de XIII Remake a été si retentissant que Microids lui-même a été amené à faire amende honorable, promettant de rectifier ses erreurs avec un nouveau remake, également disponible sur Switch, qui redonnerait le prestige qui convient à un titre déchu de son honneur.

Après le désastreux intermède PlayMagic, Microids a confié la direction du développement du "nouveau" XIII aux gars de Tower Five, publiant immédiatement l'une de ces déclarations d'intention qui ne laissent aucune place à l'interprétation : des mises à jour gratuites des versions PS5 et Xbox, avec support 60fps, pour tous ceux qui avaient déjà acheté le titre dans la génération précédente ; une nouvelle version, écrite presque à partir de zéro, pour la Nintendo Switch avec un taux d'images stable de 30fps. Tout cela, bien sûr, avec un changelog de proportions apocalyptiques qui, de manière pas si subtile, a couvert tous les aspects du fiasco de 2020 - en plus de la correction de tonnes de bugs, aussi un nouveau design graphique plus fidèle au style original de la bande dessinée, un gameplay amélioré à tous les égards, des routines d'intelligence artificielle dignes de ce nom, un compartiment sonore à la hauteur et, enfin, un composant multijoueur à la fois hors et en ligne, avec le support de l'écran partagé et d'autres diableries similaires. La structure narrative de XIII, fer de lance de toute la production depuis ses débuts, reste inchangée. Sans entrer dans les détails de cette intéressante spy-fi, le scénario du titre Microids tourne autour de la figure d'un mystérieux personnage, identifié par le tatouage du chiffre romain XIII sur sa clavicule, qui se réveille soudainement sur une plage totalement dépourvue de souvenirs : sauf que le président des États-Unis vient d'être assassiné, et que tous les indices convergent dans sa direction. Commence alors une recherche effrénée de la vérité en démêlant un double mystère qui, niveau après niveau, dévoile des indices importants mais apparemment sans lien entre eux : qui est le conspirateur derrière le meurtre du président et qui, surtout, est vraiment XIII. Et, tant qu'on y est, quel est son rôle dans tout ça.

Un portage Switch plein de surprises.

Comme nous l'avons mentionné plus haut, les débuts de XIII sur les consoles de la génération actuelle ont pour but de garantir, selon des sources officielles, une similitude totale avec la direction artistique originale et une conformité technologique aux normes actuelles de l'industrie. Tout cela est renforcé par l'introduction d'un tout nouveau mode multijoueur, à la fois hors ligne, pour un maximum de quatre joueurs en écran partagé, et en ligne (13 joueurs maximum). Net de la résolution des innombrables bugs constatés lors du précédent tour, l'objectif affiché du développeur avec la version Switch se concentre sur l'atteinte constante du seuil des 30fps dans la campagne solo : pas un mince défi pour un titre qui a nécessité une réécriture quasi totale du code et, dans le cas de Nintendo, une adaptation supplémentaire aux caractéristiques de la console portable. Joycon en main, le résultat est nettement plus que suffisant. La campagne solo offre un framerate stable aussi bien en mode portable que - et surtout - en mode docké. La version commerciale, vraisemblablement déjà corrigée par l'omniprésent patch Day1, corrobore ce que Microids a déclaré avec une fluidité raisonnable de l'action du jeu, nette de quelques chutes d'images dans les parties où le tir est plus frénétique ou dans certains passages où le lieu a un plus grand souffle - comme, par exemple, la section sur les montagnes enneigées. La solution utilisée par Tower Five, c'est-à-dire l'élimination d'un plafond maximum pour les images par seconde, permet d'obtenir le meilleur résultat possible : les zones où la baisse est évidente, heureusement pour nous, ne sont cependant pas fréquentes et nous pensons qu'elles pourront être corrigées par des patchs dédiés dans un avenir proche.

Si la diagonale plus petite de la Switch, où le 720p et le 30fps font excellente impression, parvient à masquer certains défauts technologiques moins évidents, joué sur un écran plus grand (surtout si c'est un téléviseur 4K) XIII se prête encore à d'autres petites tares. Certaines interpénétrations sont plus prononcées, par exemple, et sur certains modèles (pourtant aplatis par le style de cel-shading), il est difficile de ne pas remarquer un aliasing notable - qui rend leurs contours décidément plus déchiquetés. Cela dit (et compte tenu également d'un niveau de détail physiologiquement inférieur à ce qui est actuellement disponible sur les consoles de salon), il est impossible de nier à quel point la qualité visuelle globale est un net progrès par rapport à ce que nous avons vu il y a deux ans, même avec toutes les limites d'une console comme la Switch, qui a tendance à montrer son côté lorsqu'elle est poussée à ses limites. En ce qui concerne le compartiment audio, il n'y a pas grand-chose à dire, si ce n'est que ce nouveau XIII sonne exactement comme le titre original - notamment parce que, comme Microids l'indique lui-même, le développeur a utilisé le matériel audio original au sens propre du terme. C'est bien en termes de fidélité de l'expérience sonore et, pour les joueurs plus âgés, d'implication globale ; un peu moins bien pour ceux qui ont une oreille un peu plus perspicace, où 20 ans se font sentir et, entre le volume qui monte et descend (surtout dans les dialogues) de manière un peu aléatoire et des superpositions de croches qui rendent certains passages difficiles à entendre, disons que oui, un réglage général n'aurait pas fait de mal.

Le poids des années.

Du côté du gameplay, une bonne partie des promesses de Microids ont été tenues. L'IA ennemie est encore trop erratique par moments, mais il ne fait aucun doute qu'elle est plus réactive que celle d'il y a deux ans : les principales mécaniques de jeu, comme les attaques furtives ou l'utilisation de boucliers humains, fonctionnent avec beaucoup plus de précision, enregistrant correctement les données fournies afin d'apporter une réelle valeur à l'ensemble de la partie. Également bonne est la performance des contrôles de gyroscope de Switch, qui, selon nous, doivent être légèrement ajustées (la configuration par défaut, à notre avis, est un peu trop sensible), mais capable avec la bonne pratique d'offrir une variation divertissante sur le thème. En plus du radar d'identification de l'ennemi, les indications onomatopéiques ont été rétablies, bien que réduites en nombre par rapport au passé, utiles pour évaluer les patrouilles ou la distance d'une sentinelle. Le menu radial, grâce auquel il est possible de sélectionner des armes et diverses munitions, est également mis en avant. Certaines choses sont encore un peu vintage, disons-le ainsi (le recul des armes de science-fiction ou les ennemis qui ne remarquent pas l'exécution d'un collègue à 15 cm de leur nez, pour n'en citer que quelques-unes), mais nous le répétons : le gameplay de XIII n'était certainement pas innovant en 2003, et nous ne pouvons pas nier qu'aujourd'hui, il montre de gros signes d'âge. Cependant, le fait de pouvoir le revivre dans le même esprit que l'original après l'incroyable faux pas de 2020, au moins pour les joueurs plus âgés, est sans aucun doute positif.

Il y a une discussion séparée pour le compartiment multijoueur, une potentielle nouvelle entrée enflammée qui finit par se heurter à une infrastructure, celle de la Switch en ligne, sur laquelle trop de mots ont déjà été dépensés, dont peu sont flatteurs. Étant donné qu'il était très difficile de se connecter aux serveurs en ligne pour un deathmatch en bonne et due forme dans les premiers jours du lancement, nous avons opté pour un couch-offline à trois/quatre joueurs sur écran partagé. Dans ce mode, XIII fonctionne de manière satisfaisante : d'un point de vue technique, assurer un taux de rafraîchissement acceptable oblige à faire de nombreux compromis (baisse de la résolution, moins de détails, textures de moindre qualité, etc.) sous peine de voir la Switch imploser, mais l'impact visuel global reste plaisant. Cependant, entre le rythme effréné et les tentatives de repérer vos adversaires en regardant la partie relative de l'écran, vous vous en apercevrez à peine...

VERDICT

XIII Remake, ou plutôt le deuxième remake, fait mille fois plus honneur au titre original que ce que PlayMagic n'a pas réussi à faire il y a deux ans. Il en fallait peu, c'est un fait : mais il est juste, au moins cette fois, de récompenser le travail de Tower Five sur Switch. Avec une direction artistique que, oui, cette fois, on reconnaît vraiment (hormis quelques choix de couleurs trop vives dans certains passages et la suppression des légendaires cutscenes cartoonesques), un compartiment technologique certes pas parfait et exempt de bugs, mais tout de même plus qu'acceptable et, enfin, un gameplay aguerri mais qui a encore quelque chose à dire, le dernier effort de Microids permet à l'éditeur français de racheter une part considérable de ses défauts. Ajoutez à cela quelques nouvelles fonctionnalités spécialement conçues pour la Switch et un multi old school (au moins hors ligne) aussi amusant que nécessaire, il y a assez d'éléments pour considérer ce XIII comme un véritable Remake plutôt que comme un simple portage. Ce n'est pas un FPS pour tout le monde, vous l'aurez compris, mais tous ceux qui l'ont apprécié en 2003 ont droit à un demi-succès cette fois-ci.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2023 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?