Kao The Kangaroo
Publié le 01/12/2022 Dans PlayStation 5
Un retour inattendu.

Kao The Kangaroo,, est la renaissance d'une marque qui semblait être tombée dans l'oubli. Mais 17 ans après la sortie du dernier chapitre, voici que le kangourou boxeur fait sa réapparition avec un nouveau chapitre. Lorsque l'on parle des monstres sacrés de la plateforme 3D, Mario étant à part, il est impossible de ne pas mentionner les deux anciennes exclusivités PlayStation, et on parle évidemment de Spyro et de Crash Bandicoot. En jouant à Kao The Kangaroo pour cet article, nous avons eu l'impression de jouer un hybride, en prenant les points positifs du dragon violet et de Crash. Un gameplay croustillant, des phases de plateforme alternant avec de petites phases de combat éparses et une excellente composante d'exploration, puisqu'il est important de passer au crible chaque motte des niveaux pour ne pas passer à côté de secrets et de collectables. En ce sens, le level design est à la fois ami et ennemi selon les cas, car si dans certaines situations les allées cachées et les chemins de traverse sont faciles à trouver, dans d'autres ce sont des sections vraiment bien cachées et on est poussé à refaire certains niveaux plusieurs fois au cours de l'aventure pour récupérer les objets à collectionner qui n'ont pas été trouvés immédiatement. En ce qui concerne la jouabilité pure, Kao The Kangaroo fait très bien son travail. Comme nous l'avons mentionné, c'est un jeu très vivant, vous avez toujours une action à effectuer (que ce soit pour sauter ou pour combattre). Le gimmick de Kao, qui est un kangourou boxeur, fait toute la différence à cet égard ! Il sera en effet possible de frapper et de casser la plupart des éléments du scénario, ce qui maintient toujours le sentiment de jeu élevé, pour ainsi dire, pendant les niveaux et l'exploration des hubs de jeu. Un peu comme ce qui s'est passé avec Spyro, où vous étiez constamment en train de lancer des flammes à gauche et à droite pour casser ce vase ou attaquer cet autre ennemi. Les gantelets de Kao ne servent pas seulement à combattre ou à briser des objets, ils peuvent aussi nous permettre d'utiliser des grappins énergétiques ou s'imprégner de pouvoirs élémentaires, qui sont utiles pour interagir avec des objets ou des obstacles spécifiques et se déplacer/atteindre des endroits cachés. Dans l'histoire, nous découvrons qu'il s'agit en fait des gants du père de Kao, et que notre héros veut les utiliser pour retrouver sa sœur. Le revers de la médaille est qu'un pouvoir mystérieux a corrompu ces gants, leur donnant même la capacité de parler à celui qui les porte, mais cela fait partie de l'histoire de Kao The Kangaroo et, comme dans beaucoup de platformers, joue un rôle secondaire, c'est pourquoi nous n'en parlerons pas dans une section séparée de cette critique sans gâcher les quelques surprises qui vous attendent.

Ce qui nous fera progresser dans le jeu sera la collecte de runes dispersées dans les différents niveaux, qui une fois accumulées en un certain nombre nous permettront d'accéder aux niveaux suivants. Il n'est évidemment pas évident de les trouver tous, mais ils ne sont pas vraiment cachés non plus. Il suffit de savoir regarder autour de soi et il sera facile de les collecter tous. Un concept qui est né avec Mario 64, à l'aube du platforming 3D dans les jeux vidéo, et qui fonctionne toujours très bien, on peut donc dire que l'équipe qui gagne ne change pas ! Les niveaux contiennent également des mini-défis, auxquels on accède par les puits éternels, dans lesquels on s'attaque à des étapes spécifiques du jeu pour collecter des objets et des pièces supplémentaires. L'entrée dans les différents niveaux, qu'il s'agisse de niveaux classiques ou de combats de boss, se fait, comme nous l'avons mentionné, par le biais de hubs de jeu principaux (un pour chaque monde de jeu). Vous pouvez y trouver des objets à collectionner, des pièces de monnaie, des runes occasionnelles et acheter des objets du jeu avec des pièces, comme des skins pour notre Kao, des quarts de cœur (dès que vous en avez quatre, vous obtenez un cœur permanent supplémentaire) et des vies supplémentaires. Les hubs contiennent également des fosses éternelles, à partir desquelles vous pouvez accéder à des mini-défis de fosse trouvés dans les niveaux pour les rejouer. Une progression solide, un gameplay convaincant et très fluide, une bonne quantité de contenu et un level design bien réalisé. La plus grande force de Kao The Kangaroo réside dans sa jouabilité, mais il a aussi le défaut de ne rien faire de vraiment "innovant". Il ne s'agit pas d'un Kirby And The Lost Land où il y a toujours une touche d'originalité et beaucoup de variété dans les phases de jeu. Les phases de Kao The Kangaroo sont plutôt compartimentées (on combat souvent dans des espaces spéciaux, ce ne sont pas des séquences bien mélangées), et en général il n'y a jamais d'effet wow. Il reste un honnête platformer, très mignon et recommandable, mais rien d'exceptionnel.

Une réalisation technique honorable ?

Si le gameplay de Kao The Kangaroo est bon, et nous en avons parlé en termes élogieux jusqu'à présent dans cette revue, du côté technique, si nous ne parlons pas d'une pagaille, nous ne sommes pas loin. Nous ne faisons pas référence aux graphismes en eux-mêmes, qui sont en effet très agréables même si parfois ils sont un peu trop minimaux (surtout avec l'éclairage et les reflets au minimum syndical). Le véritable problème réside dans l'étroitesse technique du jeu : des effets sonores qui parfois ne démarrent pas, des vases ou d'autres objets qui sont techniquement détruits mais dont l'animation de destruction ne démarre pas (avec seulement le son) et qui disparaissent ensuite sans prévenir, une musique qui parfois démarre, parfois non et d'autres démarrent avec plusieurs secondes de retard. L'audio des cutscenes est parfois très mal égalisé et, en général, le niveau du jeu d'acteur est si bas que l'on n'a vu (et entendu) pire qu'à l'époque de la PS1 et du début de la PS2. Ajoutez à cela une collision occasionnelle qui part en vrille, des objets dans le décor avec lesquels vous pouvez interagir en les frappant, sur le papier, mais en pratique seulement à leur discrétion, des animations qui font parfois froid dans le dos, et des objets du niveau (ou leurs ombres) qui n'apparaissent que lorsque vous vous en approchez de quelques pas, et le résultat final est un jeu qui est beau à jouer mais qui manque cruellement de niveau technique.

Il est évident que nous ne parlons pas d'un jeu qui a eu des rivières d'argent à sa disposition comme budget, et nous espérons en effet que les futurs patchs feront ce qu'ils peuvent pour corriger le réparable. Cependant, nous ne pouvions pas ignorer cet "état bêta", parfois alpha, du titre. Pour les circonstances atténuantes mentionnées ci-dessus, nous n'avons pas baissé la note de beaucoup, mais nous ne pouvions pas non plus ignorer l'état du jeu tel que nous l'avons joué. Cela dit, peut-être verrons-nous déjà certains de ces problèmes résolus par un éventuel patch. Autant il y a des défauts techniques indéniables, et parfois lourds, autant nous ne pensons pas pouvoir les rendre suffisants pour déconseiller Kao The Kangaroo. Nous parlons également d'une série assez ancienne qui revient après de nombreuses années, alors espérons que les prochaines séries sauront étayer là où c'est nécessaire. Promu donc, mais avec des réserves.

[b}VERDICT[/b}

Kao est un bon titre en tous points, idéal si vous êtes un fan des plateformes populaires à la fin des années 90 et au début des années 2000, comme Crash et Spyro. Cependant, la qualité est entachée par toute une série de problèmes techniques, dont certains feraient presque penser à une alpha ou du moins à une bêta préliminaire. Ludiquement recommandable, mais sur le plan technique largement révisable.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2023 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?