Marvel's Spider-Man : Miles Morales
Publié le 21/11/2022 Dans PC
Une suite directe à Marvel's Spider-Man.

Avec une histoire dense et offrant une vision plus mature de Spider-Man, le jeu a conquis les critiques et les fans, mais il a également servi de point de départ à un autre récit, l'introduction de Miles Morales. Ainsi, un peu plus de deux ans après la sortie originale, Marvel's Spider Man: Miles Morales arrive sur le marché, dans le but de raconter le reste de l'histoire. Miles Morales, contrairement à Peter Parker, est un personnage relativement nouveau dans l'univers Marvel. Alors que Parker est apparu dans la bande dessinée en 1962, Morales n'a même pas encore dix ans. Sa première apparition a eu lieu en 2011, mais ce personnage n'a pas la même ferveur du public. L'histoire de Spider-Man: Miles Morales se déroule après le jeu original. Peter Parker, le Spider-Man original, part en vacances en Europe et semble pouvoir quitter la ville pour Miles. En tant que suite directe des événements de Marvel's Spider Man, nous pouvons en apprendre un peu plus sur Morales, face à de nouvelles identités de méchants connus de Parker, comme Tinkerer, et aussi de sociétés connues dans l'univers de la bande dessinée, comme Roxxon et même une nouvelle vision Underground. Le fait est que, dans l'univers de Marvel's Spider Man: Miles Morales, toutes ces adaptations ont bien fonctionné et ont livré une histoire originale. Même s'il y a un cliché ici ou là, il y a encore des surprises pour les fans, que ce soit de la part du Spider-Man original, ou de Morales. L'inconvénient est que le jeu a été conçu comme un DLC, qui s'est trop développé et a dû devenir un jeu indépendant, comme cela s'est produit avec Uncharted: The Lost Legacy. Et il souffre du même mal que son inspiration : c'est un jeu très court, qui ne prend pas plus de dix heures pour explorer complètement la carte, y compris la finition de l'histoire et les missions annexes.

Marvel's Spider Man, l'original, de 2018, n'est pas non plus un jeu très long, mais il dure certainement plus longtemps. Donc, quand on pense à son DLC, on ne peut pas s'attendre à de grandes nouvelles. Et, en fait, ils n'existent pas, du moins quand on pense à New York. La carte et le gameplay de base sont essentiellement les mêmes. S'il y a eu des changements, ils passent inaperçus. Nous avons l'impression de jouer à l'une des extensions du jeu original, à l'exception du fait que Morales a des pouvoirs différents de Parker, et c'est exactement la particularité du jeu. Comme avec le vrai Spider-Man, Miles Morales peut être invisible et utiliser également la bioélectricité de son corps pour porter des coups à ses adversaires. Cette bioélectricité s'appelle Venom et peut être améliorée en utilisant des costumes et également dans l'arbre de compétences. Donc, même si vous n'avez pas beaucoup des compétences que Peter Parker possédait avec la toile dans le jeu original, il existe une toute nouvelle façon de battre les adversaires du jeu. Lorsque vous vous habituez aux mouvements et que vous pouvez accumuler plus de charges pour les coups Venom, il est presque obligatoire d'arriver dans une installation ennemie distribuant des coups de poing et des coups de pied électriques à tous les côtés. Au moins c'était comme ça pour nous. Et l'invisibilité est très utile, en particulier contre les ennemis communs, qui sont complètement perdus lorsque vous l'activez. D'un autre côté, si le jeu original comportait des missions secondaires répétitives ou fastidieuses qui ajoutaient peu au récit, Miles Morales essaie également de résoudre ce problème. Il y a peu de missions secondaires, mais aucune d'entre elles n'est répétitive ou ne vous donne le sentiment d'épuisement. C'est un jeu qui sait s'arrêter. Enfin, les activités que nous aimons dans le jeu original, qui nous font sentir comme Spiderman, sont là: prévenir les crimes, sauver des otages, sauver un chat, interrompre une poursuite policière. Tout cela est de retour, et comme ce sont des événements aléatoires - et avec une fréquence raisonnable vous ne vous sentez pas obligé de tout faire, tout le temps.

Un jeu moins complet que prévu.

Marvel's Spider Man a ce que beaucoup considèrent comme un platine facile. Il suffit de terminer le jeu et de faire le 100% avec quelques trophées à conquérir, la plupart avec une difficulté relativement faible à atteindre. Miles Morales change un peu la formule. Il est déjà possible de commencer un New Game+ juste après la fin de l'histoire, et aussi de finir de remporter les trophées restants. Vous ne pouvez pas obtenir le platine en un seule fois. Pour terminer l'arbre de compétences, vous devez redémarrer le jeu. Et pour obtenir tous les trophées, vous devez terminer le jeu deux fois. Et comme le titre ne devient pas ennuyeux, il est facile d'imaginer que beaucoup de gens joueront à nouveau. En termes de contenu, Spider-Man : Miles Morales PC n'apporte aucune innovation par rapport à la version console. Disons-le tout de suite, Spider-Man : Miles Morales pourrait devenir un outil de référence de premier ordre pour toutes les cartes existantes et à venir, vu surtout la ductilité d'un moteur graphique capable de se mouler et de s'adapter au matériel disponible pour offrir la meilleure expérience de jeu possible, sur toutes les configurations. Cette fonctionnalité trouve toutefois ses racines dans son prédécesseur direct, qui était l'ancêtre de Miles Morales : le moteur graphique est en effet le même, réadapté et revigoré grâce au support de nouvelles technologies, comme les DLSS et DLAA de deuxième et troisième génération, capables de garantir, grâce à des technologies sophistiquées de Deep Learning, un Anti-Aliasing en pleine résolution, sans aucun upscaling, améliorant considérablement le rendu graphique final. New York est toujours une ville très animée, où beaucoup de choses se passent simultanément, et se balancer entre les gratte-ciel est toujours une activité très amusante - et très belle à voir. Enfin, du côté de NVIDIA, la prise en charge de la technologie NVIDIA Reflex, afin de réduire le temps de latence entre la commande donnée et l'action à l'écran (à condition de disposer également d'un écran G-Sync), un facteur qui, dans un jeu hyper-adrénaline comme Miles Morales, est d'une importance capitale, étant donné l'efficacité croissante de cette fonctionnalité à mesure que la résolution de rendu augmente. Mais pas seulement NVIDIA : du côté d'AMD, la prise en charge complète de FSR 2.1 (FidelityFX Super Resolution), qui garantit, tout en s'appuyant sur des techniques mathématiques d'upscaling (et non, comme dans le cas de NVIDIA, par l'utilisation de réseaux neuronaux) l'obtention d'un niveau de performance élevé sans dégrader excessivement la qualité de l'image obtenue.

Outre la technologie utilisée, qu'il s'agisse de NVIDIA ou d'AMD, dans Spider-Man : Miles Morales, il sera possible de choisir une fréquence d'images cible (30, 60, 120,144, etc.) : le moteur de jeu ajustera dynamiquement les graphismes afin de maintenir stable la valeur choisie. Si, en revanche, on choisit de ne pas procéder à une fréquence d'images fixe, on peut s'amuser à choisir entre performance ou qualité, en profitant des possibilités offertes par la technologie FSR 2.1 ou DLSS. Si l'on considère également que Spider-Man : Miles Morales prend entièrement en charge les moniteurs ultra-larges jusqu'à 48:9, dans des configurations à un ou trois moniteurs, on se rend compte de l'ampleur du travail d'optimisation du code, même par rapport au moteur graphique déjà très souple présent dans Marvel's Spider-Man. Quant au système de contrôle, l'utilisation d'un pad est fortement recommandée, qu'il s'agisse d'un pad Xbox standard, d'un pad Elite ou d'un pad générique importe peu : pour profiter d'un maximum de liberté dans le New York virtuel, il sera impossible de se fier uniquement à la combinaison clavier-souris. Il semble superflu de confirmer que le périphérique préféré, et recommandé, pour une expérience de jeu complète sera le DualSense de la PlayStation 5. Les innovations de la manette peuvent être réduites à trois parties fonctionnelles différentes. Il y a tout d'abord l'audio 3D, utile tout au long du jeu. Ce n'est que lorsque nous avons commencé à faire attention que nous avons remarqué que le son ne venait pas toujours de la télévision, mais aussi du contrôleur. Il y a ensuite les déclencheurs adaptatifs. Nous nous attendions à un peu plus de cela dans Spider-Man. Vous ressentez un peu de contre-pression lorsque vous utilisez les déclencheurs tout en vous balançant à New York, par exemple, mais nous pensons qu'il y avait plus à faire. Cependant, le retour haptique donné par le contrôleur est vraiment très bien élaboré. La manette offre la possibilité de vibrer instinctivement à différents endroits et de différentes manières et le fait au bon moment. De cette façon, une dimension supplémentaire est constamment ajoutée à votre expérience de jeu.

VERDICT

Marvel's Spider Man: Miles Morales est un produit plus léger que l'original, qui complète l'histoire précédente, et qui se termine au bon moment. Mais c'est précisément le fait qu'il est plus court qui peut peser lourd dans la balance, car le jeu est vendu à plein tarif. Cela peut valoir la peine d'attendre une promotion. En revanche le portage PC est irréprochable avec un compartiment technique de premier ordre, capable de maximiser les performances sur n'importe quelle machine de jeu, en s'accommodant de quelques réglages, mais sans invalider la jouissance qualitative de celle-ci.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?