Floodland
Publié le 15/11/2022 Dans PC
Le choix vous appartient.

Le changement est une chose qui place les êtres humains devant des choix : il y a ceux qui l'embrassent complètement, s'ouvrant à de nouvelles possibilités, et ceux qui luttent pour essayer de l'éviter. Il y a ensuite un nombre infini de nuances entre les deux, toutes avec des intensités différentes et des attitudes différentes envers ce qui, à toutes fins utiles, peut être défini comme un changement du statu quo. Ce que vous ne pouvez certainement pas faire, en revanche, c'est bloquer le changement lorsqu'il arrive sans possibilité d'y échapper : c'est le cas de Floodland, une stratégie à forte composante de survie qui nous met face à un monde détruit par un cataclysme appelé Event, et qui nous amènera à diriger une poignée de survivants dans la reconstruction de la civilisation. Que celui-ci soit tel que nous nous en souvenons, structuré de manière très proche du précédent, ou avec de nouvelles valeurs compte tenu de la tabula rasa faite par l'Événement, cela dépendra de vous (et du clan que vous choisirez dans le jeu). Floodland est un jeu de stratégie, c'est pourquoi vous pouvez vous attendre à gérer un groupe de personnes, mais c'est aussi un jeu de survie, car vous devrez survivre avec quelques fournitures et réduire vos dépenses. Tant lors de nos tests précédents que lors de nos essais pour la revue, nous sommes tombés plusieurs fois dans le piège de vouloir tout faire tout de suite, ce qui nous a conduit à l'un des plus grands obstacles du jeu, dans le bon sens du terme, le choix. Au cours du jeu, en fait, des toutes premières barres jusqu'à la fin, vous vous retrouverez à devoir faire des choix importants : à commencer par le clan, qui définira votre approche, dans une gamme allant du traditionaliste au non-conformiste, dans Floodland vous devrez décider où investir. Si, par exemple, vous concentrez tout sur la récupération des ressources, afin d'avoir du matériel pour construire, vous risquez de vous retrouver sans nourriture et donc avec le besoin pressant de construire des structures adéquates ; au contraire, ne penser qu'aux citoyens de votre clan et à votre nouvelle société en construction, peut vous faire oublier que sans ressources vous êtes fini, nécessitant ainsi plus de jours pour avancer et donc plus de nourriture et d'eau à consommer.

Au cours du jeu, en fait, des toutes premières barres jusqu'à la fin, vous vous retrouverez à devoir faire des choix importants : à commencer par le clan, qui définira votre approche, dans une gamme allant du traditionaliste au non-conformiste, dans Floodland vous devrez décider où investir. Si, par exemple, vous concentrez tout sur la récupération des ressources, afin d'avoir du matériel pour construire, vous risquez de vous retrouver sans nourriture et donc avec le besoin pressant de construire des structures adéquates ; au contraire, ne penser qu'aux citoyens de votre clan et à votre nouvelle société en construction, peut vous faire oublier que sans ressources vous êtes fini, nécessitant ainsi plus de jours pour avancer et donc plus de nourriture et d'eau à consommer. Si dans la première phase vous devrez trouver des ressources et d'autres personnes à intégrer dans votre société (et avancer dans la redécouverte de la façon de traiter les différents matériaux, du bois et des déchets au métal et au ciment), dans la deuxième phase vous rencontrerez d'autres clans : ceux-ci, qui comme vous auront formé des groupes pour pouvoir se répartir et survivre, auront des idéologies différentes des vôtres (en partie ou en totalité) et il vous appartiendra de choisir entre emprunter la voie diplomatique ou opter pour la confrontation dès le départ. Évidemment, le dernier cas vous poussera à avoir un ennemi, mais le premier pourrait vous réserver de mauvaises surprises par la suite, étant donné que vous devrez trouver un moyen de faire en sorte que tout le monde s'entende. La troisième étape du jeu porte sur l'essentiel du concept de Floodland : un cataclysme s'est réinstallé, et c'est à vous de choisir de retourner à l'ancienne société ou d'en créer une nouvelle. Pour ce faire, vous utiliserez des lois, une série d'actions qui vous pousseront à faire des choix limitatifs, où continuer d'un côté vous conduira inexorablement à en abandonner un autre. En approfondissant cette dynamique, vous devrez réglementer les loisirs, la sécurité, l'autorité, les impôts, la santé et divers, le tout avec des choix qui vous pousseront à déterminer l'État que vous souhaitez créer.

Il était une fois.

Le jeu de Vile Monarch commence par un incipit narratif important, tant en termes de structure que de valeur : le monde a été détruit par l'Événement, il n'est plus tel que nous nous en souvenons, et tout semble indiquer un problème de changement climatique. Déjà, ce choix, qui pourrait sembler presque astucieux au premier abord, est loin d'être évident et fait preuve de courage. La difficulté de réaliser un jeu sans tomber dans le piège de ressembler à un jeu purement dénué de sens était élevée, mais l'équipe de développement a réussi à créer une intrigue sur ce thème très intéressant. Au cours du jeu, vous aurez également l'occasion de discuter avec le conseiller (qui jouera le rôle de "voix du statut", en soulignant vos défauts et en vous donnant des conseils), ce qui vous permettra de découvrir l'histoire de cet événement, ce qui s'est passé et quelles en ont été les conséquences. Cependant, vous n'aurez pas besoin de tout écouter pour comprendre ce qui s'est passé, surtout si vous observez attentivement l'espace qui vous entoure. En effet, il n'est pas impossible de trouver en chemin de vieilles structures abandonnées, détruites ou en ruine, des routes pleines d'ornières et quelques rappels du passé.

Au moment où nous parlons, Floodland n'est pas exempt de problèmes techniques, au contraire : au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu, ils deviennent plus fréquents, étant donné qu'il y a plus de variables à gérer. Le style esthétique choisi masque quelques limitations techniques mais rend plutôt bien, surtout en ce qui concerne l'interface, tandis que pour les polygones en jeu, il y a une légère dissonance entre les structures aux couleurs pastel bien nuancées qui donnent un sens artistique à l'ensemble et certains composants comme l'herbe et l'eau qui infusent plutôt la grisaille. En revanche, la conception artistique des personnages, des menus et de tous les autres détails est superbe, avec un style qui se rapproche de titres comme Disco Elysium, tout en conservant une identité ferme et bien placée. La musique du jeu, qui vous accompagne tout au long de votre aventure en tant que précurseur d'une nouvelle entreprise, est merveilleuse, et l'interface d'information est également excellente, parvenant à être minimale mais vous alertant sur chaque détail. Malheureusement, nous avons rencontré quelques problèmes au fur et à mesure que nous progressions dans le jeu, en particulier lorsqu'il y a plus de variables et que le jeu a du mal à les gérer (pas tellement pendant l'action, mais dans les sauvegardes), mais nous sommes convaincus qu'avec un patch bien fait, ils seront résolus en un rien de temps.

VERDICT

Un jeu de gestion de survie avec une forte composante stratégique, capable de vous faire aimer un monde détraqué par le changement climatique et après le cataclysme appelé Event. Floodland vous poussera à reconstruire : le choix du comment, du quand et du avec quoi vous dépendra, depuis les ressources que vous privilégiez jusqu'au choix, en fin de partie, des lois et des édits qui connoteront le type de société que vous souhaitez reconstruire, qu'elle soit traditionnelle et liée au passé, ou plus anticonformiste et différente de ce qu'elle était autrefois.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?