DARQ Ultimate Edition
Publié le 11/11/2022 Dans PlayStation 5
Dormir, rêver, tomber.

DARQ Ultimate Edition est un titre qui vous apprend à vivre dans des cauchemars, représentés comme de véritables expériences hors du corps. Développé par Unfold Games et distribué par Feardemic, c'est un jeu de puzzle aux accents d'horreur qui vous enfermera dans un monde de rêves déformés pendant quelques heures. Après tout, les règles qui dominent les cauchemars sont bien différentes de celles du monde réel. L'atmosphère de DARQ est sombre et anxiogène, et dissocie le joueur de la réalité. Le protagoniste de l'aventure est Lloyd, un garçon émacié et pâle, qui, au début du jeu, est allongé sur un lit et rêve. Ce ne sont pas des rêves agréables, mais des cauchemars dans lesquels on se retrouve piégé dans un monde déformé. Les lois de la physique sont chamboulées, les environnements se renversent et se mélangent, et les labyrinthes truffés d'énigmes ne peuvent être surmontés qu'en se persuadant que tout est possible. L'une des capacités de Lloyd est de marcher sur les murs (en s'appuyant sur un mur sur lequel vous pouvez marcher, il suffit d'appuyer sur X pour effectuer l'action), traversant murs et plafonds et mettant l'univers du jeu sens dessus dessous, au point de s'embrouiller et de risquer de perdre son chemin. Si vous prêtez attention à vos mouvements, vous pouvez voir comment chaque mouvement a un sens dans l'environnement dans lequel vous vous trouvez.

Chaque chapitre de DARQ est associé à un cauchemar se déroulant dans un lieu différent, mais chaque endroit est uni aux autres par une même atmosphère d'angoisse et de grisaille. L'absence de couleur rend les environnements lourds et claustrophobes, en parfaite harmonie avec les accents d'horreur du jeu. Une gamme variée de gris caractérise chaque scénario, et Lloyd lui-même a la peau blanche, une tête glabre et des vêtements allant du noir au gris. La chose la plus "vivante" dans son habillement, ce sont les rayures horizontales qui traversent sa chemise. Les énigmes à résoudre pour continuer dans le cauchemar et tenter d'en sortir sont conçues pour exploiter au maximum la capacité de Lloyd à marcher sur les murs, et certaines énigmes peuvent être réalisées en utilisant des leviers spécifiques qui font pivoter des pièces entières de 90 degrés à la fois. Vous devrez trouver la clé de l'énigme pour la résoudre et vous préparer pour la suivante. L'image globale des labyrinthes est intrigante et captive le joueur, l'impliquant chapitre après chapitre tout au long de l'aventure. Malheureusement, ce titre n'est pas long : il ne faut que quelques heures pour arriver au dernier chapitre, et dans notre cas, elles ont vraiment filé. L'envie de résoudre l'énigme qui se présentait à mes yeux allait de pair avec la curiosité de découvrir la suivante, et nous avons atteint la fin presque sans nous en rendre compte.

Tours, cryptes et têtes coupées.

DARQ Ultimate Edition est une édition comprenant les huit chapitres principaux dont se compose le jeu de base, ainsi que les deux niveaux supplémentaires, The Tower et The Crypt. Le contenu supplémentaire augmente sensiblement la durée du jeu, même si elle reste assez courte, et comprend deux scénarios inédits et différents types d'énigmes. L'"histoire" racontée dans la tour et la crypte est unique, et voit Lloyd piégé dans des cauchemars avec des têtes coupées, des objets à trouver et des passages à débloquer, dans des énigmes plus longues que celles des chapitres de base. Des parties du corps détachées et autonomes sont constamment présentes dans plusieurs niveaux, et c'est ainsi que les jambes, les mains et les têtes font partie intégrante des énigmes à résoudre. L'intrigue de DARQ est floue et peu claire, car chaque scénario ne semble relié au précédent que par la présence de Lloyd, qui s'endort à chaque fois et plonge dans un nouveau cauchemar. Dans la phase finale du gameplay, cependant, il y a des points de rencontre qui semblent suggérer au joueur la présence d'une histoire qui agit comme un pilier de la narration. Les dernières minutes avant le générique de fin sont chaotiques et pleines d'événements, parfois confus, qui déstabilisent et créent des questions plutôt que d'apporter des réponses. Lloyd est-il simplement un petit garçon qui rêve et tombe accidentellement dans un cauchemar différent à chaque fois, ou y a-t-il quelque chose de plus derrière tout cela ? A noter que si vous possédez déjà DARQ Complete Edition (ou la version physique de Limited Run), le contenu est ici totalement identique. Les seuls bonus sont un livre d'art, une bande-son numérique (téléchargeable), 9 autocollants, et le roman graphique numérique "Dream Journal" (sur disque).

Dans le monde onirique dans lequel DARQ plonge le joueur, il n'y a pas que des énigmes à résoudre. Lloyd n'est pas le seul être vivant à arpenter les couloirs labyrinthiques du cauchemar, mais d'autres créatures se cachent dans l'ombre. Ces "monstres" parcourent les couloirs et s'accroupissent en attendant de frapper et de tuer. Leur apparence est si singulière que, après un instant de déstabilisation et d'effroi, on se demande "Qu'est-ce que je regarde ?". Aucun de ces ennemis ne peut être combattu : Lloyd (et donc le joueur qui se fait passer pour lui) vit dans un cauchemar, sa seule capacité anormale est de marcher sur les murs, il ne peut pas harnacher une arme et, de plus, il n'y a aucune arme à prendre. Fuir, se cacher ou essayer de ne pas être entendu sont les seules actions possibles pour éviter d'être tué. La présence de ces étranges créatures ajoute une note d'horreur plus prononcée au jeu, car les paramètres ne suffisent pas toujours à faire sursauter ou à effrayer ceux qui jouent le rôle de Lloyd. Les êtres de cauchemar se trouvent souvent dans des endroits gênants, peut-être très près d'un objet qu'il est essentiel de collecter pour avancer, ou ils s'approchent pas à pas alors que vous êtes enfermé dans une pièce et que vous essayez de résoudre un puzzle chronométré, l'un des défis les plus difficiles à relever. Parfois, vous devrez recommencer plusieurs fois un puzzle pour le résoudre, car ce n'est qu'en connaissant parfaitement chaque étape que vous pourrez le terminer dans le temps imparti. Malgré quelques ajustements à faire, le jeu s'écoule rapidement et, au moment du générique, on a l'impression qu'il a été trop court. L'expérience était intrigante, et cela ne nous dérangerait pas de voir de nouveaux niveaux supplémentaires ajoutés aux deux déjà présents.

VERDICT

DARQ est un jeu de réflexion de style horreur dont le fonctionnement est très intuitif. Il ne nécessite pas de tutoriel car les commandes sont automatiques dès le départ. L'histoire est divisée en chapitres, chacun avec un décor différent, décrivant la constellation de cauchemars dans laquelle le joueur doit voyager, en résolvant des puzzles et des énigmes de différents types. L'édition ultimate comprend, en plus des 8 chapitres de base, 2 niveaux supplémentaires qui enrichissent le gameplay avec de nouveaux scénarios et énigmes. Le titre a une durée limitée, est addictif mais, par moments, les énigmes prennent le dessus sur le côté effrayant, captant toute l'attention. La fin est trop rapide.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?