Yomawari : Lost in the Dark
Publié le 24/10/2022 Dans Nintendo Switch
Perdu dans l'obscurité.

Le cadre des villes japonaises rurales, suspendues entre urbanisation et isolement géographique, est parmi ceux qui fascinent le plus. Qu'il s'agisse d'histoires d'adolescence et de mystère comme Persona 4 ou d'expériences plus intimes comme le Boku no Natsuyasumi, qui n'est jamais sorti en Occident, ce type de décor parvient toujours à nous marquer, et l'un des genres où il fonctionne le mieux est celui de l'horreur. Yomawari est l'un des rares jeux vidéo à exploiter le charme du folklore japonais en le transposant à une époque plus moderne. Ce titre, dont le gameplay est extrêmement limité, repose entièrement sur l'atmosphère et une exploration intéressante. Le dernier volet de la série Yomawari : Lost in the Dark capture parfaitement les légendes urbaines inquiétantes (et même certains phénomènes réels pour être honnête) et crée une aventure simple, à la fois intéressante et effrayante. Ce n'est certainement pas un jeu pour tout le monde, mais les fans d'horreur devraient lui donner une chance. Yomawari : Lost in the Dark s'ouvre sur un avertissement peut-être exagéré, mais probablement utile. Il vous invite à ne pas jouer au cas où vous vous sentiriez physiquement malade ou mentalement fragile. C'est une première indication (qui, je le répète, semble exagérée, mais je comprends pourquoi) que des thèmes lourds seront abordés. Dès le prologue, nous sommes confrontés à de lourds incidents d'intimidation qui entraînent dépression et tendances suicidaires. La scène d'ouverture, avec laquelle nous nous connectons au générique de début, est particulièrement puissante et bien traitée bien que très " standard " et prévisible si l'on a déjà joué aux titres précédents de la saga.

L'ambiance est très lourde lorsqu'il s'agit d'analyser en détail ce qui se passe ou de prendre conscience des inspirations du jeu, pourtant tout est présenté d'une manière qui ne semble pas trop éprouvante. Chaque section de Yomawari : Lost in the Dark est un ensemble d'énigmes, tant du point de vue de la jouabilité que de la narration, où chaque histoire contenue qui rapprochera la protagoniste de son objectif est présentée sans donner de réponses claires. On apprécie vraiment cette approche, à la fois parce qu'elle parvient à maintenir l'intérêt même avec un système de jeu extrêmement limité, et parce qu'elle permet d'évoquer des thèmes et des situations qui sont normalement difficiles à transposer sur un support visuel. La plus grande force de Yomawari : Lost in the Dark est précisément cela, être capable d'offrir quelque chose de (presque) unique en dissimulant son horreur dans un style graphique très intelligent et une narration énigmatique mais jamais dénuée de sens. Cela dit, nous ne pouvons absolument pas nier que l'avertissement initial sur le contenu a un sens. En tant que fan d'horreur, en particulier d'origine orientale, nous n'avions rien trouvé de trop lourd, mais il est compréhensible que Yomawari : Lost in the Dark puisse être de mauvais goût dans certaines sections, surtout si vous êtes conscient de ce qu'il montre exactement à l'écran, comme la question des avortements dans le Japon médiéval.

Déviez votre regard du mal.

À cela s'ajoute l'élément plus classique du genre de l'horreur, dont Yomawari : Lost in the Dark fait amplement usage, on parle bien sûr du jumpscare. Le jeu présente de nombreuses situations où il tente d'effrayer soudainement le joueur, mais il parvient à bien exploiter cet élément grâce à deux facteurs. Le premier est la nature pseudo-monde ouvert du jeu, qui rend toujours une nouvelle carte imprévisible, et le second est la gestion générale du jumpscare qui, pour la plupart, suit une montée en tension bien faite. Malheureusement, les jumpscare sont si fréquents, surtout à l'intérieur des donjons, que certains d'entre eux n'ont eu aucun effet. Il peut notamment arriver que le jeu vous fasse perdre le contrôle pendant quelques secondes avant d'essayer de vous faire peur, rendant la scène plus ennuyeuse qu'effrayante. Le gameplay de Yomawari : Lost in the Dark est extrêmement basique. Avec une perspective de 3/4, il faut explorer une ville rurale du Japon à la recherche de 8 souvenirs qui permettraient au protagoniste de briser une mystérieuse malédiction. On peut donc distinguer deux sections de jeu distinctes : la recherche des souvenirs sur une carte ouverte et les donjons qui permettent d'avancer dans l'intrigue une fois trouvés. Tout cela est très simple, mais fonctionne bien. Le rythme du jeu est bien géré, ses deux parties se complétant parfaitement. Il y a toujours très peu d'interaction avec le monde, bien qu'elle soit légèrement augmentée par rapport au précédent Yomawari, mais les développeurs ont fait un excellent travail en construisant les niveaux autour de ces quelques mécanismes.

Le plus gros défaut du jeu qui a précédé Lost in the Dark, Midnight Shadows, résidait dans les combats de boss, qui étaient extrêmement fastidieux et ennuyeux. Dans ce chapitre, en revanche, nous les avons vraiment appréciés ; non seulement ils sont variés, mais ils ne nous ont jamais causé de frustration. S'il y a une chose que l'on peut leur reprocher, c'est que certains n'ont que très peu de points de contrôle, et s'agissant de puzzles, il peut être ennuyeux de refaire encore et encore des étapes qui ont déjà été passées. Il faut également souligner la structure non linéaire du jeu, qui permet d'aborder les donjons dans un ordre varié, ce qui est un bon choix pour rendre les sections à carte ouverte amusantes. L'histoire principale de Yomawari : Lost in the Dark est peut-être l'une de ses principales faiblesses. Bien que les mini-arcs dans les donjons soient fascinants, la narration concernant la protagoniste Yume est trop lente à se dérouler. La fin est peut-être un peu trop difficile à débloquer, pas tant parce qu'elle est difficile, mais parce que le jeu vous donnera un indice presque inutile qui m'a personnellement déconcerté, malgré le fait que nous avons initialement compris exactement ce qu'il fallait faire. Il s'agit d'un problème mineur, mais il confirme que Yomawari : Lost in the Dark est un titre solide.

VERDICT

Yomawari : Lost in the Dark n'est pas un titre pour tout le monde et ne cherche pas à l'être. Entre le style graphique particulier et les thèmes très lourds abordés, le titre de Nippon Ichi est destiné à rester dans une niche de l'horreur bien éloignée du succès des blockbusters zombies de l'industrie. Grâce à cela, cependant, il est capable d'être une expérience unique et "pure", pleine d'horreur authentique et d'images intéressantes. Peut-être que les trop nombreux jumpscare et le gameplay basique le limitent un peu, mais face à l'ensemble de l'aventure, Yomawari : Lost in the Dark ne peut qu'être promu. Une perle recommandée aux amateurs d'horreur et de folklore japonais, notamment aux nostalgiques de l'âge d'or du jeu vidéo d'horreur, lorsque le système de combat et le spectacle primaient sur l'atmosphère et l'exploration.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
8 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?