The Last of Us Part I
Publié le 01/09/2022 Dans PlayStation 5
Aujourd'hui comme hier.

Presque un peu plus de neuf ans se sont écoulés depuis ce 13 juin 2013 qui a inévitablement marqué l'industrie du jeu vidéo. The Last of Us est devenu, en un peu moins d'une décennie, l'un des titres les plus populaires de l'histoire du jeu vidéo. Une œuvre capable d'élever le médium à un tout autre niveau. C'est le résultat d'une évolution de vingt ans d'un Naughty Dog qui n'a jamais manqué un seul coup, laissant toujours sa marque d'abord avec Crash Bandicoot puis avec Jak and Daxter, plus tard avec Uncharted et, pour achever le processus de maturation, The Last of Us. Aujourd'hui, deux générations plus tard, The Last of Us est toujours capable de laisser sa marque. Nous sommes donc de retour pour revivre les aventures d'Ellie et Joel, cette fois dans la meilleure version jamais produite. Des rivières d'encre virtuelle ont été déversées sur les exploits de Joel et Ellie au fil des ans, et avec l'arrivée de The Last of Us Part II en 2020, le succès incontestable de la série a été définitivement cristallisé dans l'histoire du jeu vidéo. Comme c'est le cas pour des titres tout aussi emblématiques tels que GTA V et The Elder Scrolls V : Skyrim, la nécessité non seulement de préserver, mais aussi de réintroduire, de mettre à jour et d'améliorer ce qui peut être considéré comme les véritables limites d'une période historique, entraîne l'arrivée de versions revues et corrigées au fil des ans. The Last of Us Part I est arrivé sur PS4 un an après sa sortie sur PS3, mais ce n'était clairement pas suffisant. L'impact du compartiment technique dans une œuvre comme The Last of Us est crucial et si le deuxième chapitre de la saga a réussi à nous impressionner puisque, malgré sa sortie sur des consoles d'ancienne génération, il représente aujourd'hui l'un des plus hauts sommets techniques jamais atteints dans l'histoire du jeu vidéo, l'envie de savourer à nouveau un chef-d'œuvre comme The Last of Us Part I renforcé par les prouesses techniques d'aujourd'hui nous conduit à une version définitive (jusqu'à preuve du contraire, ndlr) du titre de Naughty Dog.

Dans cette critique, nous n'allons pas analyser les mérites et les défauts de The Last of Us Part I, nous connaissons tous déjà cette chanson, nous n'allons pas analyser les implications, la profondeur narrative ou la qualité de l'intrigue et des personnages, mais nous allons nous concentrer sur le travail effectué en termes de restauration d'une œuvre qui ne peut pas être considérée comme véritablement datée mais qui est en tout cas antérieure à certaines avancées techniques critiques qui ont permis au monde du jeu vidéo d'aller encore plus loin. Voici juste un rappel de l'histoire : The Last of Us met une fois encore les États-Unis en proie à un important danger. Le pays a été littéralement détruit, non pas par les armes ni même un virus, mais plutôt par un champignon de type Fungu. Ces spores infectent les autres champignons, mais également les insectes, les végétaux et finissent par toucher les humains qui commencent peu à peu à muter. Les personnes infectées se transforment en terribles créatures, et les survivants sont bientôt regroupés dans des zones de quarantaine tenues d'une main de fer par les militaires. Dans cet univers post apocalyptique, nous incarnons Joel, un homme qui survit grâce à la contrebande. Lors d'une banale mission de récupération d'armes, ce dernier rencontre la chef des Lucioles, un groupe de résistants, qui lui promet de lui donner deux fois plus d'armes s'il accepte d'escorter la jeune Ellie, 14 ans, vers un autre groupe de Lucioles situé à l'autre bout de la ville. Un travail qui semble à priori à sa portée, et pourtant, la tension est permanente, et le danger rode. Les personnages n'auront pas une seconde de répit : Entre les pièges toujours plus nombreux, et les ennemis très présents, il va falloir assurer.

Remake ou remaster ?

Se perdre dans la terminologie laisse vraiment le temps de se retrouver, The Last of Us Part I sur Playstation 5 est un vrai bijou, bien qu'il ne s'agisse pas d'une réimagination complète de l'œuvre, le travail effectué par Naughty Dog pour améliorer l'expérience déjà excellente du titre original a été vraiment impressionnant. Il ne s'agit pas d'un "simple" reshade modernisé, mais d'une rénovation complète des assets, des animations, des effets et de l'éclairage. The Last of Us Part I dans sa version Playstation 5 vise à atteindre les mêmes résultats que le deuxième chapitre, mais on ne peut toujours pas parler de remake. Le titre a été restructuré, mais pas reconstruit de fond en comble, et il est possible de remarquer quelques artefacts graphiques moins détaillés, mais il s'agit de minuties qui n'entament pas la qualité incontestable du travail de Naughty Dog. Pendant la période de pré-lancement, plusieurs vidéos comparatives ont été publiées pour montrer la qualité des améliorations apportées à The Last of Us Part I sur la Playstation 5, et c'est autour de ces améliorations que tourne tout l'intérêt de l'œuvre. The Last of Us Part I est en fait la meilleure façon d'apprécier un chef-d'œuvre d'époque, et si, dans d'autres médias, neuf ans ne constituent peut-être pas un grand écart générationnel, dans le monde des jeux vidéo, une décennie peut faire toute la différence dans la façon même dont une œuvre entière est conçue et vécue. Le mot d'ordre est, comme toujours, "qualité" et jouer à The Last of Us Part I sur Playstation 5 équivaut à mettre la main sur un nouveau jeu next-gen. Une comparaison entre la version originale et celle sur Playstation 5 met en évidence le gouffre de qualité qui sépare trois générations de consoles, de la Playstation 3 à la Playstation 5, le chef-d'œuvre de Naughty Dog continue de vibrer. The Last of Us Part I est solide, propre et sans défaut, l'exécution parfaite d'un chef-d'œuvre qui parvient à transcender les générations tout en continuant à s'imposer, même après neuf longues années, comme l'un des plus beaux jeux vidéo de tous les temps.

Les temps ont changé depuis 2013, et non seulement en termes de rendu graphique mais aussi en termes d'expérience vidéoludique globale, The Last of Us Part I sur Playstation 5 parvient à être joué comme s'il était sorti pour la première fois, tout est là où il devrait être, et pourtant, de temps en temps, il manque quelque chose. En fait, le titre se présente avec un graphisme entièrement revu, une véritable merveille pour les yeux, qui ne fait que mettre en évidence des détails qui, dans d'autres contextes, auraient été complètement ignorés mais qui font la vraie différence entre remake et remastérisation. Alors, qu'est-ce que The Last of Us Part I sur Playstation 5 ? Un remake ou un remaster ? En fait, ni l'un ni l'autre, c'est trop méticuleux pour être réduit à un "simple" remaster, mais en même temps il n'y a pas de déstructuration pour suggérer un titre développé à partir de zéro. Si nous voulons être précis, The Last of Us Part I est un remake d'un point de vue graphique, en fait le dernier moteur graphique de Naughty Dog a été utilisé pour synthétiser le travail, cependant, en l'analysant en termes de gameplay, il est impossible de ne pas remarquer certaines limitations, surtout par rapport au plus récent The Last of Us Part II. The Last of Us Part I sur Playstation 5 n'est rien d'autre qu'une modernisation massive qui est le résultat d'un travail minutieux qui a enfin permis à Naughty Dog de proposer son œuvre la plus acclamée telle qu'elle a été conçue en 2013 mais qui, en raison de limitations techniques, a été " réduite " au chef-d'œuvre que nous avons rencontré pour la première fois sur Playstation 3, cela a pris neuf bonnes années.

Pas seulement une refonte graphique.

L'une des erreurs les plus courantes que l'on peut faire en abordant The Last of Us Part I est de concentrer son attention sur les changements graphiques. Ces derniers, que nous analyserons en détail par la suite, constituent certainement la partie la plus importante de l'ensemble de l'œuvre et probablement aussi la plus exigeante en termes de développement et d'adaptation. Cependant, ce qui gronde sous le capot de The Last of Us Part I n'est pas seulement une montagne de textures ultra-haute définition, mais aussi une restructuration du gameplay et des animations. The Last of Us Part I est beaucoup plus " jouable " que l'œuvre originale, les entrées de commandes, les mouvements et les animations sont plus fluides et moins boisés, non seulement grâce aux 60 FPS du mode performance mais aussi grâce à une restructuration du cadre de jeu du titre, qui est désormais réactif, solide et cohérent là où en 2013 il pouvait montrer quelques incertitudes et une " lenteur " générale. Cependant, la Playstation 5 ne signifie pas seulement des graphismes de nouvelle génération, mais aussi des temps de chargement plus rapides, presque inexistants en fait, et le DualSense. The Last of Us Part I rejoint donc toutes les autres exclusivités de la Playstation 5, en mettant en œuvre une excellente intégration avec le retour haptique de nouvelle génération de DualSense. Les gâchettes adaptatives de DualSense expriment mieux la force de l'arme lors de la visée ou du tir, et la tension de la corde de l'arc est rendue de manière encore plus réaliste par une implémentation dédiée. Nous pouvons également choisir différents degrés de vibration en fonction des actions effectuées, du combat au corps à corps au retour des coups reçus des ennemis et même des conditions météorologiques. The Last of Us Part I réussit donc à se renouveler aussi et surtout sur le front des contrôles et du ressenti au pad, se mettant au goût du jour et implémentant un maximum d'options de personnalisation du DualSense.

Même du point de vue des animations, The Last of Us Part I réussit à se moderniser impeccablement, les mouvements de Joel sont plus naturels et variés et s'adaptent mieux aux environnements du jeu, une des rares taupes de la production de Naughty Dog, on aurait attendu la possibilité de s'étirer et de ramper comme cela est déjà possible dans The Last of Us Part II, l'ensemble des mouvements, malgré des animations plus convaincantes, n'a pas changé d'un iota par rapport à la version originale. Pour accompagner l'avancée technologique, The Last of Us Part I sur Playstation 5 arrive avec quelques fonctionnalités très intéressantes et complètement nouvelles. Il s'agit de certaines mécaniques de jeu très demandées, comme un mode qui envisage des ascensions en perma-death même par chapitre unique et le mode speedrun, déblocable après avoir terminé la campagne principale pour la première fois. Le mode speedrun gardera la trace des temps pour chaque chapitre individuel, aidant ainsi les joueurs hardcore qui veulent s'essayer à un jeu où le mot d'ordre est la vitesse. Un chronomètre implémenté directement dans le jeu gardera la trace des différents temps, mettant en pause le chronomètre pendant les différentes scènes d'interlude. Parmi les nouveautés, on retrouve également l'intégration des établis déjà présents dans The Last Of Us Part II qui nous permettront d'améliorer notre arsenal, de nouveaux objets cosmétiques à débloquer au fur et à mesure de notre progression dans la campagne principale et un nouveau mode photo qui nous permettra de capturer les meilleurs moments de notre aventure.

Personne n'est laissé pour compte.

Naughty Dog a accordé une attention louable aux fonctions d'accessibilité de The Last of Us Part I, en incluant non seulement toutes les options présentes dans The Last of Us Part II, mais aussi certaines totalement nouvelles et dignes d'attention. En effet, grâce aux efforts incontestables de l'équipe de développement américaine, le remake du premier chapitre des aventures de Joel et Ellie est entièrement jouable par la quasi-totalité des joueurs du monde entier, étant extrêmement agréable même pour les utilisateurs qui souffrent de problèmes de vue, d'audition ou de motricité. Parmi les nouveautés dignes d'intérêt, nous ne pouvons que mentionner l'audiodescription des films, rendue possible grâce à la collaboration directe avec Descriptive Video Works, ou la possibilité de lire les dialogues du jeu directement à travers le contrôleur DualSense de la PS5. En fait, grâce au retour haptique de la nouvelle manette de Sony, les joueurs malentendants peuvent percevoir la façon dont les répliques sont prononcées directement par les entrées envoyées par la manette DualSense de la PlayStation 5. En plus de ces innovations majeures, pratiquement inédites dans l'industrie du jeu vidéo, Naughty Dog a inclus trois paramètres par défaut pratiques dans The Last of Us Part I qui permettent aux utilisateurs de configurer facilement toutes les options concernant l'accessibilité visuelle, auditive et motrice. Comme dans The Last of Us Part II, il est ici aussi possible de tout personnaliser selon ses besoins, en modifiant la taille et la couleur des sous-titres, en activant le déplacement et la navigation assistée, en rendant son personnage invisible, ou encore en désactivant totalement les énigmes présentes au cours de l'expérience de jeu.

Les fonctions d'accessibilité de ce The Last of Us Part I permettent également de remapper complètement, selon vos besoins, toutes les commandes présentes sur le DualSense, en pouvant choisir d'effectuer les actions du jeu par des appuis répétés sur les touches ou par un seul appui long. En outre, le jeu permet d'activer un certain nombre d'aides qui peuvent s'avérer précieuses pour un segment spécifique de joueurs, comme l'oxygène infini, la protection contre les chutes, le ramassage automatique des objets au sol, ou l'utilisation de la visée automatique pour rendre les confrontations avec les ennemis plus faciles et moins frustrantes. L'équipe de développement de Naughty Dog a également inclus la fonction d'agrandissement de l'écran, qui vous permet de zoomer sur n'importe quelle partie de l'image directement à l'aide du pavé tactile de la manette DualSense de la Playstation 5, ainsi que la possibilité d'ajuster l'intelligence artificielle des ennemis et des alliés en fonction de vos besoins. En bref, oui, comme vous avez pu le constater à travers ces quelques exemples dans ce paragraphe, Naughty Dog a travaillé dur pour rendre The Last of Us Part I aussi accessible que possible, à travers plus de soixante fonctionnalités d'accessibilité qui visent à ne laisser personne de côté, quel que soit son handicap.

La fascination de l'apocalypse.

Lorsque l'on aborde de front l'aspect technique de The Last of Us Part I sur Playstation 5, il est presque désarmant de constater la quantité de travail investie dans le titre par Naughty Dog. Pour se rendre compte à quel point The Last of Us Part I s'est amélioré dans sa nouvelle version sur Playstation 5, il ne suffit pas de regarder l'une des nombreuses vidéos de comparaison déjà présentes en ligne, il faut en fait faire l'expérience du jeu vidéo, pour ressentir la qualité de ce que Naughty Dog a réalisé. De ce point de vue, The Last of Us Part I vaut son pesant d'or même si les joueurs ayant déjà terminé le jeu sur Playstation 3 et Playstation 4 ont sûrement moins de raisons d'y revenir, le titre ne se présente pas en effet avec les différents remasters présents et vivants sur le marché vidéoludique mais arrive sur Playstation 5 comme un nouveau titre au même titre qu'un Demon's Souls de BluePoint. En fait, la quantité de travail de remastérisation investie dans The Last of Us Part I sur Playstation 5 est comparable à celle réalisée par BluePoint avec Demon's Souls, même si le soulslike de From Software est sorti en 2007 et non en 2013, et que sa version originale était dans un état technique infiniment plus arriéré que The Last of Us proposé en 2013. La décision de porter The Last of Us Part I d'abord sur Playstation 5 et ensuite sur PC, avec ces résultats, se traduit néanmoins par un avantage pour tous les joueurs qui veulent savourer le chef-d'œuvre de Naughty Dog pour la première fois ou qui veulent dépoussiérer cette incroyable aventure pour la énième fois. En fait, The Last of Us Part I propose deux modes graphiques distincts, le premier est le mode qualité qui vise une résolution 4K tout en essayant de garder un frame-rate stable à 30-40FPS, le second est le mode performance qui abaisse la résolution à 1080p tout en maintenant 60FPS. Il n'y a pas de différences particulières en termes de rendu graphique, comme les effets ou les détails, entre les deux modes, c'est juste une question de rapport entre la résolution et la fréquence d'images. The Last of Us Part I se rapproche encore plus des normes PC en offrant certaines options graphiques également dans la version Playstation 5, puisqu'il sera possible de supprimer le flou de mouvement, le grain de film et de réduire les mouvements de caméra.

En conclusion, The Last of Us Part I sur Playstation 5 est une excellente caisse de résonance du chef d'œuvre de Naughty Dog, le travail effectué par le développeur américain est une fois de plus magistral, le soin apporté à cette œuvre ne s'arrête pas aux textures ou à la résolution mais résonne dans chaque fibre de son gameplay touchant aux effets, à la gestion de l'éclairage, aux réglages graphiques et aux contrôles tout en portant une attention incroyable aux options d'accessibilité. Tout comme sa version originale, The Last of Us Part I sur Playstation 5 est presque parfait et comprend également le DLC préquel Left Behind. Il est vrai que la nature cyclique et le rythme de l'aventure de Joel et Ellie peuvent être un peu difficiles à avaler aujourd'hui en raison de l'évolution du level design et on aurait apprécié quelques nouveautés, quelques petits trucs dans cette nouvelle version ainsi qu'un cadre de jeu plus proche de The Last of Us Part II en termes de mouvements et d'intelligence artificielle mais, comme déjà expliqué dans le corps de la critique, on ne parle pas tant d'un vrai remake que d'une restauration et The Last of Us Part I en sort grandi.

VERDICT

The Last of Us Part I sur Playstation 5 est un plaisir pour les yeux. Le remake par Naughty Dog de ce que l'on peut considérer comme le jeu vidéo le plus acclamé du développeur américain renaît sous un profil technologique plus avancé, tant sur le plan graphique que conceptuel. Accessibilité, graphismes, animations, restauration minutieuse et précise pour offrir aux joueurs l'une des meilleures expériences vidéoludiques qui soient. Nous aurions aimé voir le même degré de dévouement aux fonctionnalités et de croissance en termes de conception du jeu déjà vu dans The Last of Us Part II, comme la possibilité de ramper sur le sol ou de profiter d'une IA plus avancée, cependant The Last of Us Part I reste un jalon incontournable du jeu vidéo pour tout fan.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
9 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?