Saints Row
Publié le 30/08/2022 Dans PlayStation 4
Du pareil au même.

Chaque jeu vidéo a son propre objectif : de même qu'un jeu de gestion pousse le joueur à gérer des ressources de toutes les manières possibles, un jeu de tir à la première personne a pour but de jeter des litres et des litres d'adrénaline au joueur. Chaque titre a sa particularité, quelque chose qui le différencie des autres, et à toutes fins utiles, Saints Row n'en manque pas. Nous parlons d'un jeu qui, bien qu'il soit sur le point d'être relancé, existe depuis près de 20 ans et a apporté au fil du temps de nombreuses informations intéressantes. Partons d'un postulat : si la juxtaposition entre Grand Theft Auto et Saints Row a pu être déclenchée automatiquement, tout aussi automatique devrait être le raisonnement qui conduit à les distinguer pour une multitude de choses. Si, toutefois, cette divergence n'est pas claire, regardons bien le type de jeu qu'est ce Saints Row : vous êtes face à un bac à sable à monde ouvert où vous pouvez en fait tout faire. Voler des voitures, tuer des gens, effectuer des missions et sauter des immeubles avec votre wingsuit, le tout de manière rapide et ininterrompue. Si, toutefois, la concurrence distincte qui progresse au fil des chapitres vise un réalisme toujours plus grand, Saints Row est la vie de la fête : le fun, les blagues de la culture pop et un peu de folie saine remplacent tout ce qui a rendu ce genre aussi réaliste que possible au fil du temps. Cela se reflète évidemment dans le jeu de Volition, pour le meilleur et pour le pire : s'il sera toujours amusant de cribler de balles des centaines d'ennemis, le chaos généré par le jeu conduit parfois à ne pas profiter pleinement du moment, grâce à des bugs assez gênants.

Dans ce reboot de Saints Row, vous contrôlerez le protagoniste - à personnaliser au sein d'un éditeur complet ( accompagné de trois de ses amis et compagnons, Kevin, Eli et Neenah. Chacun d'eux se caractérisera par sa propre psychologie : si Neenah sera l'intérêt amoureux du quatuor, Kevin sera l'âme du groupe et Eli le rationnel. Mais ensemble, ils vont former l'équipe des Saints, un groupe né presque par hasard qui devra affronter les Panteras, les Idols et la corporation Marshall. Au cours du jeu, les missions principales seront flanquées de celles consacrées aux groupes de la bande, et à côté de tout cela, il y aura un système de gestion des activités de la bande, allant de choses discrètes comme l'élimination des déchets jusqu'à une guerre de rôle en direct. Chacune d'entre elles donne lieu à des missions supplémentaires, et les terminer permet de conquérir définitivement une zone. Une multitude d'activités annexes sont ensuite disséminées dans tout Santo Ileso : être l'acolyte d'un chauffeur en fuite, au lieu de récupérer des véhicules, seront des petits boulots qui vous permettront de gagner de l'argent pour acheter des armes, des vêtements ou pour ouvrir de nouvelles activités illégales. Santo Illeso est une terre qui rappelle beaucoup l'Amérique du Sud, une terre composée de différents quartiers, chacun caractérisé par ses couleurs et ses lieux et peuplé de groupes prêts à nous mettre des bâtons dans les roues.

Tirer au maximum.

Saints Row a beau passer pour un pur bac à sable, il cache en réalité une âme de jeu de tir à la troisième personne : même si le système de visée n'est pas le meilleur - du fait que le jeu reprend certains systèmes des jeux précédents, sans beaucoup innover - il est satisfaisant d'abattre des hordes d'ennemis avec des armes à feu, des attaques spéciales et des finishers ingénieux (même si, à la longue, ils seront toujours cette douzaine). Nous avons trouvé quelques bugs pendant les missions, plutôt des conflits d'action entre les tâches, mais ils seront sûrement corrigés avec le temps, donc pas d'inquiétude. Enfin, il faut noter que l'histoire principale de Saints Row n'occupera pas plus d'une quinzaine d'heures : à toutes fins utiles, moins d'un tiers du jeu, qui est occupé par l'histoire principale (et les missions annexes nécessaires). Tout le reste, en revanche, sera un pur et sain plaisir de la découverte, entre missions annexes loufoques, assauts armés dignes des meilleurs films d'action et traversée occasionnelle de la ville par des moyens plutôt étranges. Nous avons déjà mentionné au début comment ce Saints Row a pris une voie différente de celle des titres AAA similaires : si, au fil du temps, beaucoup ont essayé de mettre en avant le réalisme comme un atout - en montrant même les parties intimes d'un cheval afin de tout contextualiser - à toutes fins utiles, Saints Row s'en moque, et remplace cette soif de réalité dans le jeu par un délire hilarant. Vous n'avez pas à vous demander comment le protagoniste parvient à tuer 20 ennemis qui l'entourent (alors qu'il suffirait littéralement à l'un d'entre eux de tirer), car avant que vous ne vous mettiez à y penser, il aura déjà dit quelques blagues complètement folles qui vous feront rire, le temps pour vous d'entrer en scène et de commencer à enchaîner les sauts périlleux, les attaques finales et les coups spéciaux.

L'introduction, même si elle n'est pas du tout innovante, l'intrigue se développant au fil des vingt-cinq missions principales, est suffisamment intéressante. Le développement de l'intrigue est d'abord lent, mais dès la troisième mission, les choses deviennent plus nerveuses et le jeu commence à décoller, tenant le joueur en haleine pendant plusieurs heures. Les missions principales vous permettent de semer le chaos à grande échelle tout en vous réservant quelques rebondissements surprenants. Dans cette critique, nous ne voulons pas spoiler ce qui se passera au cours des vingt-cinq missions de Saints Row, mais nous pouvons prévoir qu'une fois arrivé à l'église, le jeu vous offrira de nombreuses activités et opportunités qui rendront votre expérience différente et tout sauf monotone. Le gameplay est fluide, et les combats sont convaincants : rapides, dynamiques et chaotiques à souhait, on passe d'une arme à l'autre grâce à la roue des armes que l'on peut appeler avec le bouton approprié. Les différentes fusillades sont des moments de pure action, chaque arme parvient à transmettre les bons retours et leur réalisation nous a semblé très convaincante. Un peu moins dans les fusillades de véhicules : le système de conduite, bien que purement arcade, crée quelques problèmes lors de certaines fusillades.

Une réalisation fluctuante.

Si les moments d'action nous ont convaincus, nous avons vraiment apprécié l'utilité du smartphone. En plus d'être utile pour examiner la carte de Saints Row, sélectionner les missions à suivre et changer les vêtements de notre alter ego, le smartphone multifonctionnel permet d'améliorer les compétences de notre personnage et d'activer des bonus passifs, qui sont également utiles pendant les missions. Ces points peuvent être obtenus en accomplissant les différentes missions du jeu : une fois le point de compétence obtenu, un bonus peut être activé et attribué à des touches prédéfinies. Ces bonus peuvent être utiles dans les phases de combat et surtout dans les phases avancées de l'aventure. Le smartphone sera également utile lorsque le joueur devra gérer son activité criminelle. Pour finir, le mode coopératif, conçu pour vous permettre de jouer toute la campagne à deux joueurs : c'est malheureusement le seul véritable élément d'équipe, quelque chose qui semblait plus prononcé dans les bandes-annonces mais qui, au final, n'apparaît pas si souvent avec le reste des compagnons. Seul le mode coopératif donne ce semblant, mais comme il est joué avec votre personnage, il finit par être un binôme destructeur au lieu d'un véritable team-up. Cependant, c'est une bonne chose que le mode coopératif sauvegarde votre progression individuelle pour les missions, ce qui vous permet de les sauter une fois que vous êtes de retour dans le mode solo, même s'il est loin devant où vous êtes. Pratique pour réaliser des quêtes secondaires - car l'histoire principale en serait quelque peu gâchée -, le système est, à toutes fins utiles, bien pensé.

D'un point de vue technique, enfin, nous sommes face à un jeu qui ne se focalise pas sur les graphismes et les finitions, mais propose un ensemble qui, à la longue, vous fera oublier de regarder le côté technique. Toujours aussi hilarant, force est de constater que davantage de qualité sur les visages et les vêtements des personnages - qui adoptent pourtant un style mal défini, presque cartoonesque - aurait rendu l'ensemble plus beau à regarder, d'autant que certaines scènes sont brillamment filmées. Le compartiment graphique de Saints Row sur PlayStation dans sa version finale semble nettoyé des problèmes majeurs. La version que nous avons testée (y compris le correctif) nous a montré un produit poli, soigné dans son ensemble même si dans certaines situations il laissait place à un peu trop de problèmes graphiques. Il est dommage que l'équipe n'ait pas pu limiter le phénomène de pop-up dans les sections en monde ouvert et amélioré les animations qui évoquent celles de Saints Row The Third (et pourtant une décennie a passé depuis). Le compartiment sonore est bon, soutenu par un doublage agréable (mais toujours pas en français) et un échantillonnage sonore agréable qui accompagne le joueur tout au long de l'aventure.

VERDICT

Le reboot de Saints Row emprunte une voie différente : il reste fidèle à son style classique - tant sur le plan technique que sur celui du concept - mais offre des dizaines d'heures de plaisir sain. Même l'intrigue principale est reléguée au second plan par rapport à la myriade d'activités que vous pouvez faire. Ne vous attendez pas à du réalisme, car à Santo Ileso, il n'y a que du chaos, le genre qui vous amuse au plus haut point. Il est clair que la franchise n'a jamais mis l'accent sur l'aspect technique, mais après plusieurs années de développement et divers reports, il était juste de s'attendre à plus de soin visuel.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
7 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?