Beyond a Steel Sky
Publié le 30/11/2022 Dans PlayStation 4
Un retour inattendu.

Cela fait 27 ans que les gars de Revolution Software nous ont offert un jeu d'aventure qui a réussi à se faire une place parmi les grandes sociétés qui dominaient le genre, LucasArts et Sierra, devenant un jeu culte : Beneath a Steel Sky. Aujourd'hui, un an après la version PC et IOS, sa suite, Beyond a Steel Sky, arrive pour le reste des systèmes. Si les sociétés de George Lucas et Roberta Williams triomphaient à chaque titre qu'elles lançaient sur le marché, sortant un chef-d'œuvre après l'autre, il ne faut pas oublier cette petite société britannique fondée en 1990 par Charles Cecil, Tony Warriner, David Sykes et Noirin Carmody. Avec la sortie de Lure of the Temptress, ils ont présenté leur premier moteur de création de jeux d'aventure, le Virtual Theatre Engine, également utilisé dans les premiers volets d'une autre grande saga, Broken Sword (Les Chevaliers de Baphomet), et, bien sûr, dans Beneath a Steel Sky, qui a surpris tout le monde et est devenu un jeu culte pour les fans du genre. Bien qu'ils aient été parcimonieux dans leurs sorties tout au long de leur longue vie, ils nous ont laissé des titres essentiels pour les fans du genre, et l'année dernière, ils sont revenus sur le devant de la scène avec la tâche risquée de transformer un titre en saga, tant d'années plus tard.

Et le fait est que, après tant d'années de jachère, l'année dernière, nous avons pu nous retrouver, comme cela arrive dans des cas comme le cinéma ou les séries, avec le problème de la manière d'aborder le projet. Une approche trop similaire et une imitation audiovisuelle du jeu développé sur le Virtual Theatre Engine auraient suscité des plaintes selon lesquelles ils auraient stagné, qu'il y aurait eu peu de travail derrière, ou qu'ils auraient essayé de profiter de la nostalgie comme d'une ressource facile. Au contraire, s'ils avaient opté pour une approche moderne et dénotant les progrès que, durant ces 27 années, le monde a connus, il n'aurait peut-être pas été reconnu comme une continuation du jeu original. Dans ce cas, nous avons un avantage par rapport aux autres cas, à savoir que les responsables du projet faisaient partie de l'original. En fin de compte, Revolution Software a opté pour un moteur actuel, avec un moteur 3D, mais en essayant de maintenir un aspect et une sensation qui évoquent l'original dans une certaine mesure. Le travail de Dave Gibbons en tant que directeur artistique, qui avait déjà travaillé sur l'original, et plus tard un artiste de bande dessinée largement connu pour Watchmen, était une déclaration d'intention, et il a réussi à transférer ce ton de bande dessinée à Beyond a Steel Sky, tout en maintenant un certain équilibre.

Un gameplay conservateur.

En termes de gameplay, Beyond a Steel Sky conserve un système similaire à celui utilisé dans un jeu d'aventure point & click classique, ce qui permet de prendre facilement le contrôle dès le début. À première vue, il peut ressembler à un jeu Telltale, mais il ne faudra pas longtemps pour remarquer les différences. Pour avancer dans le jeu, nous devrons résoudre des énigmes que nous pouvons résoudre soit en interagissant avec d'autres personnages, soit en utilisant les bons objets au bon endroit ou avec le bon personnage, en sabotant ou en utilisant un outil de piratage qui, en fait, est utilisé de manière abusive à certains moments. Il convient, en effet, d'épuiser toutes les voies de dialogue pour ne laisser aucun indice hors de notre radar. Et les énigmes sont logiques, même si cela ne nous empêchera pas de rester bloqués à un moment ou à un autre. Pour cela, si nous atteignons le point de frustration que nous aurions autrefois résolu en consultant le guide correspondant publié dans le magazine du jour, nous pouvons utiliser un système d'aide optionnel qui nous aidera à résoudre l'obstacle et à continuer à avancer. Ce qui est fourni en standard est un système qui met en évidence les objets pertinents pour le jeu, de sorte que nous ne nous perdons pas dans le monde 3D à la recherche d'objets qui pourraient nous être utiles, et que nous nous concentrons sur les conversations et l'utilisation de ces objets de manière appropriée. Des conversations qui nous plongeront dans l'histoire, car le jeu regorge de lignes de dialogue qui bénéficient d'un excellent doublage en anglais, français et allemand.

Beyond a Steel Sky nous place, bien que 27 ans après le développement du jeu précédent, environ 10 ans après la fin de l'histoire du premier jeu. Nous contrôlerons à nouveau Robert Foster, dont la vie paisible est perturbée lorsque le fils d'un ami est kidnappé. Nous nous engageons à le retrouver et à le ramener. Nos quêtes nous ramènent à Union City, l'une des rares mégapoles qui existent aujourd'hui à la suite d'une guerre et d'un effondrement politique, une ville apparemment utopique où la population vit une vie heureuse et tranquille gouvernée par une intelligence artificielle. Nous ne tarderons pas, bien sûr, à nous rendre compte que tout ce qui brille n'est pas de l'or, et nous tirerons le fil pour découvrir et mettre à jour des vérités inconfortables avec quelques rencontres surprenantes avec de vieilles connaissances du premier épisode. Beyond a Steel Sky est développé de telle manière qu'il n'est en aucun cas nécessaire d'avoir joué au premier jeu. Cependant, nous ne pouvons que vous le recommander, car certains moments que nous ne voulons pas gâcher auront plus d'impact et de signification si vous l'avez fait. Si vous ne l'avez pas encore fait, c'est le moment idéal pour le faire, car Beneath a Steel Sky est actuellement disponible sur GOG et Steam, ce qui vous permet d'en profiter avant le titre en cours. Il est également possible d'acheter sur Steam la bande dessinée prologue Beyond a Steel Sky, dont nous vous recommandons la lecture en guise d'introduction.

Une réalisation fonctionnelle mais qui manque de folie.

Beyond a Steel Sky est un jeu d'aventure cyberpunk qui mêle humour et drame à parts égales. Les jeux d'aventure de Revolution Software ont toujours eu leur propre identité, et celui-ci ne fait pas exception. Il est clair dès le départ qu'il ne s'agit pas d'un jeu fou à l'échelle de Monkey Island ou de Maniac Mansion, mais il n'est pas non plus aussi sérieux et grav que la série King Quest. Un juste équilibre est maintenu qui permet d'alléger le poids par moments, sans pour autant nuire à la gravité de l'histoire. D'un point de vue technique, le jeu semble plus typique d'une production moyenne que d'une petite entreprise de la taille de Revolution Software. Après la surprise initiale, on commence à voir les limites, comme un nombre de lieux et une taille de carte inférieurs à ce que la ville semble offrir au début, augmentées par le fait que l'apparente liberté est parfois contrainte par la limitation du mouvement typique, parfois, du genre. Cependant, on ne peut que se demander si, en optant pour un aspect néo-rétro et plus harmonieux avec le premier, on aurait pu investir plus de temps et de ressources pour augmenter la taille de la carte à explorer ou montrer des modèles et des scénarios en 2D, mais plus beaux et détaillés. De même, la musique accompagne bien, avec de très bons moments, bien qu'elle ait peu de présence en général, et les effets sont conformes. A noter que la version physique du jeu est livrée en bonus avec un steelbook exclusif, un coupon pour télécharger la bande son et une planche d'autocollants.

VERDICT

En conclusion, bien que techniquement ce ne soit pas la panacée, pendant les quelque dix heures que dure Beyond a Steel Sky, on appréciera le jeu. Malgré certains éléments qui pourraient être améliorés, Beyond a Steel Sky offre un résultat remarquable dans tous les domaines, se démarquant là où un jeu de ce genre devrait le faire. Si vous avez aimé le premier, nous vous recommandons vivement ce deuxième volet. Et si vous n'avez pas pu en profiter, profitez de sa disponibilité sur GOG et Steam, et prenez-le comme un aperçu de ce que vous pourrez apprécier dans cette suite.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?