Oddworld : Soulstorm Enhanced Edition
Publié le 30/11/2021 Dans Xbox Series X
Le rouge et le noir.

Abe est vivant et se bat avec nous ! Après New 'n' Tasty, Soulstorm marque le retour à Oddworld, avec beaucoup de bonnes intentions et un peu trop de faux pas. Mais la révolution n'est pas un déjeuner de gala. Quel jeu étrange qu'est Oddworld : Soulstorm. C'est étrange parce que nous ne souvenons pas d'un autre titre récent où la quantité de bonnes idées est au moins égale à la confusion avec laquelle elles sont mises en pratique. En ce sens, Abe est le protagoniste parfait. C'est un messie sans vouloir l'être, un phare pour ses Mudokons, le libérateur de l'esclavage, et en même temps c'est un type maladroit, qui s'est accidentellement retrouvé dans les chaussures du libérateur, quelqu'un dont on se souvient beaucoup plus facilement des grands yeux brillants et toujours rouges que de son regard intense et de sa pose fanfaronne. La nature double, ou plutôt confuse, de Oddworld : Soulstorm apparaît très tôt dans l'indécision sur ce qu'il veut être quand il sera grand, que ce soit un remake de Oddworld : Exoddus ou une ré-interprétation libre du passé, l'aiguille penchant de plus en plus vers cette dernière au fil des niveaux. C'est définitivement un jeu qui monte crescendo, les tous premiers niveaux ne montrant qu'une petite partie du potentiel d'Abe et de son environnement. L'ouverture se déroule au milieu de canyons et de rochers poussiéreux où Abe le sauveur doit chercher le salut pour lui-même entre double saut et progression furtive, tandis qu'en arrière-plan ses compagnons fuient pour se mettre à l'abri.

Petit à petit, cependant, les pièces du mécanisme complexe et pas toujours bien huilé que Soulstorm est censé être dans son ensemble apparaissent. Des bidons disséminés dans les niveaux sortent des objets qui remplissent pour l'instant des fonctions simples, comme de l'eau pour éteindre les flammes ou des bouteilles pour les allumer. Au fur et à mesure que les niveaux deviennent plus complexes et (heureusement) plus colorés, la disponibilité des objets augmente, ils deviennent combinables, et avant qu'Abe ne le sache, il a un stock de bombes et de lance-flammes, qu'il peut même confier aux Mudokons qui répondent à ses ordres. Il y a une satisfaction à mener à la sécurité d'un peuple opprimé qui peut enfin faire payer les oppresseurs, mais aussi un sentiment d'incompréhension envers un jeu qui, pendant une bonne partie de sa durée, nous a poussé à éviter la confrontation en proposant des solutions alternatives, tout en nous permettant de prendre le contrôle d'un ennemi et de le faire exploser grâce au chant d'Abe.

Une version revue et corrigée.

Si la profondeur ne fait pas défaut, Soulstorm a en effet tendance à gratifier le joueur qui la recherche, ne s'ouvrant réellement qu'à ceux qui s'engagent à exploiter tous les outils à leur disposition et culminant dans une série de fins différentes en fonction du nombre de Mudokons mis en sécurité, l'équilibre était en revanche une denrée plus rare. Ce n'est pas une question de difficulté, bien que l'on meurt beaucoup dans Oddworld : Soulstorm, mais de petits détails fréquents qui n'étaient pas à leur place sur PS5 et PS4. Une fois c'est le double saut pas aussi précis qu'il voudrait l'être, une autre l'ennemi qui ne reprend pas son chemin de patrouille ou ne revient pas au calme après avoir entendu un bruit, ou encore le Mudokon unique qui ne suivait pas les ordres d'Abe, ou le checkpoint qui s'enrayait pour nous ramener au mauvais endroit. Ce que cette nouvelle édition Enhanced apporte, c'est une solution a bon nombre des problèmes que les gens avaient rencontré lors de la sortie du jeu initial en avril 2021. Les Mudokons ne sont pas aussi stupides cette fois-ci, se déplacer dans les niveaux avec Abe est également plus agréable. Les commandes sont plus réactives, vous offrant un meilleur contrôle du personnage. Il n'y a pas de changement massif dans les visuels, mais les bugs ont la plupart plié bagage. Sans valeur de production AAA, Oddworld : Soulstorm offre de bons graphismes et des cinématiques impressionnantes. Cependant, le jeu est toujours truffé de problèmes de conception qui rendent l'expérience plus frustrante qu'elle ne doit l'être. La circonstance atténuante à prendre en compte, cependant, est qu'il ne s'agit pas de négligence, mais plutôt d'ambition. Oddworld : Soulstorm est un jeu qui veut être beaucoup de choses, un jeu de plateforme et de puzzle, un produit de divertissement et de réflexion, un jeu difficile, mais que tout le monde peut terminer. Quand on tente une approche de ce genre, c'est-à-dire une approche qui essaie de satisfaire un large public aux goûts potentiellement discordants, le risque est de ne satisfaire vraiment personne, ce qui, en fait, dans le cas de Soulstorm, arrive de temps en temps.

En même temps, il faut reconnaître à Oddworld : Soulstorm une certaine abondance d'idées et le courage de prendre des risques. Car même avec un méchant macchabée et une approche du thème qui n'est pas tout à fait celle de Parasite, le jeu développé par Oddworld Inhabitants raconte l'oppression et le fait du point de vue des opprimés. Ce n'est certainement pas la position politique la plus profonde ou la plus révolutionnaire de mémoire d'homme, et la métaphore de l'opprimé sans voix qui passe inaperçu ne restera probablement pas dans l'histoire comme la plus subtile, mais c'est tout de même une tentative d'aller au-delà des châteaux et des princesses, sans porter atteinte à ceux qui racontent des histoires de châteaux et de princesses depuis aussi longtemps qu'on s'en souvienne. Même du point de vue du gameplay, Soulstorm ose, lance des objets et des mécaniques dans la mêlée, compliquant parfois la vie car leur interaction ne se fait pas toujours sans heurts et sur Xbox, les joueurs peuvent découvrir en supplément Vykkers Labs, un environnement encore plus redoutable. Ceux qui ont joué à Oddworld: Munch's Oddysee reconnaîtront les laboratoires maléfiques qui ont cruellement testé des produits pharmaceutiques douteux sur Fuzzles. Il faudra se frayer un chemin à travers des niveaux difficiles en évitant les pièges complexes et les scénarios complexes. Dès le niveau 1, Vykkers Labs est redoutable ! Il faut poser la tablette et laisser son instinct se calmer pour reconnaître à Oddworld : Soulstorm le mérite d'avoir essayé quand même, d'être sorti de sa zone de confort et d'avoir essayé de faire quelque chose de reconnaissable, puis d'avoir foncé. Tout ne s'est pas passé pour le mieux, et cela devrait être clair maintenant, mais on a apprécié l'effort et le travail pour peaufiner l'ensemble. C'est dommage que le nouveau contenu PlayStation ne soit pas inclus dans les deux versions car il aurait été agréable de voir ce qui arrive à Toby le conducteur de train dans Toby's Escape.

VERDICT

Que Oddworld : Soulstorm soit un jeu imparfait, vous l'aurez deviné, ne fait aucun doute. Mais parmi les nombreux jeux imparfaits qui existent, il se distingue par sa volonté de prendre des risques, ce qui est plutôt rare dans le secteur. Cette Enhanced Edition résout d'ailleurs de nombreux problèmes rencontrés dans la version de base. C'est toujours un titre difficile, en particulier avec les Vykkers Labs, mais la prise en main gagne incontestablement en confort et avec les améliorations apportées à l'IA et l'absence de bugs, c'est le moment idéal pour ceux qui l'ont raté de se lancer et de jouer.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
 Notre Avis
8 / 10
Informaticien.be - © 2002-2022 AkretioSPRL  - Generated via Kelare
The Akretio Network: Akretio - Freedelity - KelCommerce - Votre publicité sur informaticien.be ?