God of War
Publié le 20/04/2018 Dans PlayStation 4  Par Nic007
Kratos change d'approche.

Responsable de la disparition de sa propre famille, Kratos est un personnage torturé qui a entamé une quête de vengeance l'ayant déjà amené à combattre des Dieux et de multiples créatures mythologiques. Comme son nom le suggère, God of War n'est pas une suite directe au troisième épisode de la série mais un reboot de la série. Que ce soit au cinéma, dans la littérature ou les jeux vidéo, relancer une franchise établie n'est jamais une chose facile pour tout développeur ou éditeur. Avec beaucoup d'attentes des fans de la série, en plus de s'assurer qu'ils ne sont pas oubliés en essayant quelque chose de nouveau, le nouveau God of War était définitivement un pari. Pour réaliser ce redémarrage d'une marque phare PlayStation, il a fallu cinq ans de travail acharné et de dévouement du producteur emblématique Cory Barlog et de l'équipe de Santa Monica, disséquant soigneusement la série pour tout remettre en place dans quelque chose de nouveau, de la mécanique de jeu à la direction artistique générale. Au-delà de l'aspect technique et artistique qui profite d'un passage à la génération actuelle de console (GOW 3 n'était qu'un remaster), le jeu rend encore hommage à son héritage de toutes sortes de façons. Alors qu'il aurait été plus facile de commencer par un balayage propre pour redémarrer cette franchise, il y a un certain génie derrière le studio de Santa Monica pour passer à une autre mythologie perdue tout en gardant Kratos au centre de l'intrigue. Exit en effet aux mythes grecs anciens, nous nous aventurons dans la mythologie nordique cette fois, avec son lot de divinités et créatures légendaires. Malgré sa divinité - Kratos est, après tout, un demi-dieu et l'un des nombreux fils de Zeus - il était logique que les développeurs fassent quelque chose de similaire à d'autres redémarrages de franchise emblématiques, et s'intéressent au côté humain du personnage.

Comme ce fut le cas avec Tomb Raider, Hitman et beaucoup d'autres, God of War est centré sur la lutte intérieure de Kratos, ainsi que le désir de raconter une histoire plus profonde et tout aussi intense à travers sa quête de rédemption en tant que père. Un voyage initiatique avec son fils Atreus, suite à la mort de sa femme. Bien que cela ressemble un peu à la recette de The Last of Us, les similitudes se terminent ici, car le script est si bien fait qu'il s'écoule naturellement même entrecoupé de très nombreux affrontements avec des ogres, des trolls et d'autres créatures nordiques légendaires. Le récit est intelligent dans sa structure, oscillant entre émotion, brutalité et humour, avec un excellent dialogue jouant principalement sur les réactions innocentes et ludiques d'Atreus, contrastant avec celles plus contenues d'une bataille et d'un Kratos durci par la vie. Entre Kratos et Atreus, il y a aussi assez de place pour certains personnages secondaires, notamment le premier que vous rencontrerez, comme Brok et plus tard son frère Sindri, tous deux nains avec des personnalités opposées. Le prix du meilleur acteur de soutien ira probablement à Mimir. Figure importante dans la mythologie nordique, ce dieu de la connaissance et de la sagesse sera sauvé de la torture d'Odin par notre paire de héros, formant un trio intéressant avec une chimie parfaite. En plus de devenir le cerveau du groupe, à la fois littéralement et figurativement, Mimir donnera constamment des informations intéressantes sur le monde du jeu, et plusieurs légendes nordiques, aidant Atreus - et le joueur - à perfectionner ses connaissances.

Une réalisation splendide.

Inspirée par la mythologie nordique, l'équipe de Santa Monica a créé une toile picturale remplie de paysages somptueux et de décors confinés agrémentés d'un travail soigné sur les effets de lumière. Que vous soyez à Midgard, Helheim ou Muspellheim, le cadre vous coupera le souffle. Vous retrouverez ainsi tous les atouts de la force visuelle de la saga et vous découvrirez désormais un angle de caméra beaucoup plus contemplatif - derrière l'épaule - pour voyager à votre rythme et profiter du panorama. On notera néanmoins un certain manque de variété du bestiaire, beaucoup plus restreint que dans les précédents opus, avec à peine des changements majeurs ou des améliorations visibles sur la plupart des créatures, que ce soit les trolls ou simplement les loups. Heureusement, ce manque de variété est complètement oublié quand vous voyez à quel point l'attaque de Kratos est dévastatrice et visuellement complexe sur ces créatures. Ajoutant les effets spéciaux et le flou de mouvement, avec une utilisation subtile du ralenti, les combats sont si bien organisés que chaque monstre ou ennemi se sentira en quelque sorte différent. Sans proposer un véritable monde ouvert (contrairement à Horizon Zero Dawn par exemple, God of War offre une énorme carte que vous apprécierez vraiment à explorer. L'ensemble est construit de manière à vous inviter à découvrir tous les coins et recoins, à revisiter les lieux et à apprécier de temps en temps la beauté de son pinceau numérique, alors que vous entrez dans une grotte ou un quai majestueux. Bien que le système des portails itinérants ait pu être mieux pensé, il n'y a jamais de sensation de retour en arrière, même avec des touches minimes de Metroidvania, car vous ouvrirez de nouvelles zones sur la carte, une fois que vous aurez acquis de nouveaux pouvoirs et compétences. Du côté de la prise en main, les développeurs n'ont fait qu'améliorer ce qui était déjà bien fait, avec le nouveau angle de caméra plus proche plongeant littéralement le joueur dans l'action. Jouer à God of War de cette façon semble presque naturel, grâce à l'avertissement d'Atreus ou de Mimir sur les dangers entrants (un peu comme les voix intérieures de Senua). Vous devrez ensuite vous battre dans un hack'n slash traditionnel - similaire aux anciens jeux - mais avec des mécaniques supplémentaires. Tout cela sera déroutant pour le vieux vétéran de la série, surtout après quelques heures de jeu lorsque nous commençons à débloquer des éléments pour l'arbre de compétences. Pour commencer, la plupart de vos armes et de votre équipement nécessiteront une quantité importante de matériel et d'argent acquis dans les coffres, en accomplissant des quêtes ou en éliminant des ennemis. Il est regrettable que certains documents soient parfois difficiles à trouver en raison d'un manque de conseils, en particulier lorsqu'il s'agit de fabriquer des pièces de butin légendaires et de débloquer des capacités et des combos incroyables pour Kratos, ou des attaques passives et de soutien pour Atreus. Sur ce point, on appréciera que le fils de Kratos ne vous soit pas imposé, même si son utilité au combat est assez bonne surtout quand il a l'occasion de vous remettre en selle avec une pierre de résurrection. Finalement, nous avons obtenu le mode Rage, qui s'accompagne de techniques de combat efficaces, comme la parade ou l'esquive, et enchaîne avec succès les combos entre Kratos et son fils. Alors que ce mode est récurrent des jeux précédents, il a également été peaufiné pour ce nouveau jeu, transformant le Spartan en "berserker", avec des coups de poing boostés. Ce dernier peut devenir très dévastateur en débloquant plus de nœuds dans ses arbres de compétences dédiés, comme une zone de dynamitage d'attaque au sol, ou même la possibilité de ramasser un gros rocher et de le lancer sur des ennemis. Alors oui, vous en avez compris l'essentiel, le gameplay a évolué et il sera difficile de s'y habituer pour les fans hardcore, cependant, il ne nie pas sa véritable essence : la férocité sauvage dans chacun des coups de Kratos. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play.

La campagne propose environ vingt cinq heures de jeux, et l'histoire contraste avec celles des autres opus parce que Kratos apprend finalement à son fils Atreus de ne pas tomber dans les mêmes erreurs qu'il a tristement commises. Pour le reste d'entre vous, si vous espérez découvrir une histoire de vengeance et de trahison entre Dieux, comme les jeux précédents, alors vous serez probablement déçu. Tandis que ceux-ci sont présents, cependant, ils ne sont pas l'élément central de l'histoire malgré le voyage de nos héros ponctués par des affrontements contre certains de ces Dieux nordiques. Si vous arrivez avec l'attente des jeux précédents, plus tôt vous réaliserez que God of War est en effet une histoire à part entière, mieux ce sera. Ce jeu de 2018 est dédié au Spartan et à son fils, sa nouvelle vie et étant plus humain que jamais, malgré sa divinité, et ce n'est pas une chose facile à accomplir. Luttant constamment contre cette rage et cette colère qui sommeillent en lui, Kratos cherche la rédemption en apprenant à Atreus à devenir un homme meilleur que jamais, cachant son passé pour un avenir meilleur. Tout a un sens et vous remarquerez comment les réactions du garçon restent crédibles, à la fois dans son élan de joie enfantine ou de colère incontrôlée, en plus de sa tendance naturelle à tenir tête à son père. Bien sur, God of War profite d'une compatibilité avec la PS4 Pro, et il s'agit sans doute d'un des titres utilisant le mieux le support. Si vous n'avez pas la console - même sans téléviseur 4K - ce jeu est une raison tout à fait viable pour améliorer votre équipement, car vous pouvez ressentir la souffrance de la PS4 normale avec le son du ventilateur très intense. Bien qu'il n'y ait pas de dommages visuels sur l'écran en termes de performance, le jeu est visuellement meilleur sur la PlayStation 4 Pro. Dans les deux cas, le jeu fonctionne à une vitesse de 30 fps, sauf si vous activez le mode performance et que vous augmentez le nombre de framerate entre 40 et 60, en fonction de ce qui se passe sur l'écran. Ce n'est pas tant le passage du 1080p au 2160p qui bouscule GOW, mais plutôt le HDR qui transforme vraiment ce jeu en une toile numérique colorée, pleine de détails nets et de textures riches. Malheureusement, la bande-son n'a pas reçu les mêmes égards, avec des musiques moins épiques qu'auparavant. Ne vous méprenez pas, l'aspect sonore ce n'est pas mauvais, mais il n'est peut-être pas aussi puissant que dans les premiers titres.

VERDICT

Avec ce nouveau God of War, Santa Monica Studios a réussi à rafraîchir parfaitement la franchise sans perdre son essence, ce qui en fait le meilleur épisode jamais réalisé jusqu'à présent. Alors que les vétérans peuvent se sentir dépassés par tous les changements, ils s'habitueront facilement et joueront à l'un des plus forts titres la console. Outre une réalisation spectaculaire et un sens évident de la mise en scène, nous y retrouvons un concept dynamique, un challenge haletant et une aventure d'une rare intensité.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
9 / 10
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2018 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?