RiME
Publié le 24/11/2017 Dans Nintendo Switch  Par Nic007
Il était une fois.

Développé par Tequila Works, RiME aura connu une gestation difficile. Présenté lors de la Gamescom 2013 et repéré par Sony, le jeu a été lâché par la suite par la conglomérat japonais, perdant de facto son exclusivité PS4. L'intrigue vous met dans la peau d'un jeune garçon naufragé, rejeté par la mer sur les plages d'une île envoûtante au milieu de laquelle trône une mystérieuse tour arborant une serrure géante à son sommet. Attiré par cette construction, le héros est rapidement pris sous l'aile d'un mystérieux renard, faisant office de guide dans la partie. La progression laisse le joueur libre et se résume à explorer l'île de RiME puis d'y résoudre quelques énigmes pour débloquer certains passages. Pour atteindre la tour, il faudra compter sur ses aptitudes logiques, les puzzles étant généralement simples et limpides, toujours en lien avec l'environnement parcouru. Ce relatif manque de challenge se ressent sur la durée de vie qui n'excède pas les cinq heures de jeu, mais de nombreux éléments à collectionner permettent d'augmenter quelque peu le voyage sur cette île inspirée de la Méditerranée. Notons que la version cartouche du jeu comporte en supplément un code pour télécharger la bande son. Un moyen de faire passer la pilule sur le prix de vente, annoncé à 44,99€ en cartouche contre 34,99€ sur l'eShop.

Le grand point du jeu demeure sa direction artistique fort charmante. Les graphismes reprennent la technique du cel shading, les couleurs chatoyantes sont un régal pour les yeux, le cycle jour/nuit est efficace, tandis que les lieux visités se révèlent plus variés que prévu. En revanche, le portage sur Nintendo Switch, réalisée par le studio Tantalus (The Legend of Zelda Twilight Princess HD, Sonic Mania) s'est fait dans la douleur. Le titre tourne en 720p et en 30 fps aussi bien en mode nomade qu'en mode TV. Sur l'écran de la télévision justement, le jeu rencontre d'importantes chutes de framerate, déjà que les moutures PS4 et Xbox One avaient tendance à toussotter, sur la console de Nintendo l'animation est souvent aux alentours des 20 images par seconde durant la première zone du jeu (la plus ouverte). En mode portable, l'animation semble plus stable, mais le graphisme en prend un coup, avec un rendu flou et des textures parfois pixelisés. Et surtout, la console chauffe beaucoup, on a connu des jeux Unreal Engine 4 beaucoup mieux optimisé ! La prise en main demeure très arcade et maîtrisée en quelques minutes seulement, les commandes étant relativement peu nombreuses. La bande son est un véritable régal et invite elle aussi au voyage, et comme c'est souvent le cas dans ce genre de production, aucun doublage parlé n'accompagne l'aventure.

VERDICT

RiME est un jeu d'aventure empreint de poésie et délivrant un visuel enchanteur. Une odyssée charmante à travers l'inconnu, qui ne laissera personne indemne. Le titre de Tequila Works n'est pas très long, mais le plaisir de jeu serait énorme si cette mouture Switch avait été mieux optimisée. En l'état, l'animation a beaucoup de mal à suivre, notamment en mode dock, et le graphisme affiche un rendu très granuleux en mode nomade. On a connu le studio Tantalus plus inspiré sur les différents portages Wii U qu'il a effectué, espérons qu'une série de mise à jour viendra améliorer tout cela. La Switch a les capacités techniques de faire tourner le jeu sans tous ses aléas.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
6 / 10
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2017 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?