Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands
Publié le 15/03/2017 Dans PlayStation 4  Par Nic007
Retour au front.

Développé par Ubisoft Paris, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands se déroule dans un futur relativement proche. Licence Tom Clancy oblige, le scénario est torturé à souhait, mêlant géopolitique, complots, guerres et autres joyeusetés. La Bolivie est devenue le plus grand producteur mondial de cocaïne. Le cartel Santa Blanca a transformé le pays en narco-état et constitue une menace à l'échelle mondiale. L'unité Ghost, la légendaire équipe des forces spéciales des États-Unis, est envoyée en territoire ennemi afin de générer du chaos et briser l'alliance objective entre le cartel et le gouvernement corrompu. Ce nouveau Ghost Recon nous projette dans un environnement ouvert saisissant de réalisme. La variété des lieux visités et des ambiances garantit un voyage plaisant dans ce pays d'Amérique du Sud, et dès les premiers pas de l'aventure, l'aspect tactique est mis en valeur, bien aidé il est vrai par des gadgets technologiques primordiaux (notamment les drones). Les véhicules de Wildlands offrent un style très arcade et, donc, aucunement réaliste. Vous serez libre de parcourir la Bolivie en auto, camion, moto, bateau, hélicoptère et même avion.

Le jeu est en vue à la troisième personne, vous dirigez le chef de l'escouade, et que vous jouiez seul ou à plusieurs en coopératif, votre personnage sera en permanence accompagné par trois compères et vos aptitudes au combat s'amélioreront au fil de la partie. Cependant, Ghost Recon est avant tout un TPS tactique, et la moindre erreur peut être fatale. Il suffit de quelques balles à peine pour vous tuer en mode normal, et en mode difficile une seule balle vous met à terre. Du côté des armes, GRW propose un large choix de fusils d'assaut, snipers, mitraillettes légères, ainsi que des pistolets et les grenades pour faire le ménage dans la zone. On citera également quelques passages dans des véhicules où le mitraillage à volonté sera de mise. Selon les ennemis abattus et les objectifs complétés, votre Ghost récoltera de l'expérience et grimpera en niveau. Vous débloquerez des points de compétence qui serviront à accentuer les capacités de votre personnage.

Une réalisation de qualité ?

Ghost Recon Wildlands affiche un graphisme très réussi. Nous y retrouvons une Bolivie diversifiée où les terres agricoles côtoient les milieux plus aisés de la Santa Blanca. Le pays comporte vingt-et-une provinces différences, ce qui présente un territoire tout simplement immense. Les environnements visités sont multiples (quartier résidentiels, bidonvilles, zone industrielle, gratte-ciels) et vient s'ajouter à cela une profondeur de champ de plusieurs kilomètres. Lorsque le soleil éclaire la ville, les effets spéciaux suivent. Un flou de chaleur envahira l'écran, et du HDR (high dynamic range) ne manquera pas non-plus d'éblouir le joueur, que ce soit lors du passage d'un coin sombre à l'air libre ou lors de la visée d'un ennemi situé dans l'alignement du soleil. Dans d'autres circonstances le joueur aura affaire à un ciel grisâtre, mais toujours aussi crédible et réaliste. La prise en main demeure très classique et rapidement maîtrisée en on pourra par contre regretter un système de couverture un peu basique, surtout par rapport à The Division. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play.

La partie sonore n'est pas en reste, puisque des musiques de très bonne facture accompagnent le joueur dans le mode solo. C'est surtout le travail sur les voix qui convainc : vos coéquipiers réagissent différemment selon la situation. Lorsque le calme règne, les voix sont discrètes et posées, en revanche si l'action est plus soutenue l'émotion se fera sentir dans leurs réactions, les murmures céderont place aux cris et les voix seront alors bien plus rudes. La campagne s'avère ainsi très progressive (près de vingt heures de jeu) et immersive à souhait. En plus des missions principales visant à éliminer les membres du cartel, vous pourrez effectuer des missions secondaires, récupérer des armes et des pièces d'armement, trouver des objets faisant partie du folklore bolivien, etc. Le titre prend évidemment davantage d'ampleur en multijoueur, il est possible d'effectuer la campagne à quatre en coopération en ligne.

VERDICT

Porté par une réalisation technique du plus bel effet, Ghost Recon Wildlands s'avère finalement assez différent de son prédécesseur, prenant à présent place dans un monde entièrement ouvert et gagnant encore en accessibilité. Alternant action et infiltration, le jeu d'Ubisoft affiche une campagne solo sympathique, mais c'est surtout en multijoueurs que le jeu montre toutes ses qualités. Un épisode de Tom Clancy très efficace donc, mais qui a provoqué un incident diplomatique, la Bolivie ayant convoqué l'ambassadeur de France pour exprimer son malaise concernant la façon dont le pays y est dépeint.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
8 / 10
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2017 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - Votre publicité sur informaticien.be ?