Tales of Berseria
Publié le 17/02/2017 Dans PlayStation 4  Par Nic007
Il était une fois.

L'intrigue met en scène Velvet Crowe, une jeune femme affectée par la disparition de ses parents, emportés par une maladie transformant les humains en démon. L'héroïne et son petit-frère Laphicet sont recueillis par Artorius, leur beau-frère. Quelques années plus tard, Artorius sacrifie Laphicet sous les yeux de Velvet, afin de stopper l'invasion démoniaque. Velvet est elle-même blessée physiquement par une calamité, ce qui lui apportera la possibilité d'absorber toute forme de vie par son bras gauche, mais la privera très certainement de sa pleine conscience. Jetée en prison, Velvet nourrie sa vengeance alors que Artorius est traité comme un héros. Trois ans s'écoulent avant que l'aventure ne commence réellement, et Velvet apparaît comme le seul espoir de ramener l'ordre dans un monde ravagé par ses conflits internes. Tales of Berseria n'a clairement pas la trame la plus passionnante qui soit, mais la galerie de personnages présentés demeure attachante, et surtout le début du jeu s'enchaîne tambour battant, ce qui n'est pas si fréquent dans les RPG japonais.

Globalement cette version PS4 est très proche des précédents titres de la série, même si des ajustements et optimisations ont été faites, surtout concernant les temps de chargements. Durant les joutes, les joueurs pourront contrôler un des quatre personnages à l'écran, et il convient de noter que les affrontements se déroulent directement dans votre environnement et non plus dans une arène spéciale. De quoi permettre un plus grand dynamisme certes, mais aussi quelques problèmes de caméras. La carte est pour sa part très simplifiée (une habitude dans la série), et nous ne retrouvons toujours pas de monde ouvert. Le gameplay a quant à lui subi quelques ajustements, les compétences (Artes ingame) peuvent être configurées à l'envie, ce qui permet de choisir soi-même quels combos seront utilisés. Vous pourrez même assigner jusqu'à quatre coups différents par bouton et changer de personnage à la volée (six au total) lors des batailles. Bien sur, utiliser des Artes requiert de l'énergie, ici tout bonnement des âmes, et il faut noter que les adversaires disposent du même système de combat que Velvet, et que vous pourrez réduire leur nombre de combos en leur dérobant des esprits. Les mécaniques sont tellement efficaces, qu'on se croirait parfois dans un véritable jeu de combat !

Une réalisation qui évolue.

D'un point de vue technique, Tales of Berseria reste un titre conçu pour la PS3 et adapté sur PS4 avec quelques modifications (notamment le support du 1080p). Le rendu est plutôt honorable, si on ne s'attarde pas trop sur les décors) et la direction artistique colorée renvoie aux codes du manga, malgré un thème beaucoup plus sombre qu'à l'accoutumée. Le character design s'en sort avec les honneurs, et le jeu se veut très accessible. Vous maîtriserez rapidement la jouabilité et partirez à l'aventure dans un monde gigantesque. De plus, vous pourrez allègrement zapper les combats dans les donjons et éviter les monstres, ce qui est toujours ça de pris. Quelques mini-jeux ont été intégrés au déroulement de l’intrigue, qui permettront aux différents personnages de gagner des capacités spéciales. Le système de combat très particulier de la saga Tales of se présente comme un mélange de temps réel et tour par tour, à l'instar de Tales of Symphonia. Les possibilités d’attaques sont nombreuses et comme dans tout RPG, la magie répond à l'appel.

Si le jeu intègre beaucoup de cinématiques, Tales of Berseria promet une aventure d'environ cinquante heures de jeu sans qu'aucune lassitude ne vienne se manifester. Les développeurs ont créé un univers très singulier, où chacune des régions et des villes visitées affiche son propre caractère. Namco a intégré une quantité impressionnante de quêtes secondaires, et en finissant l'aventure une première fois, vous débloquerez un "new game +" avec un système de point permettant de débloquer des bonus pour la nouvelle partie et des modes de difficultés différents. Le jeu a bien sur été localisé en français (les doublages sont en anglais et en japonais). Côté son, on retrouve aux commandes de la BO, Motoi Sakuraba, le célèbre compositeur, offrant des mélodies alternant rock et musiques symphoniques. Les thèmes sont très réussis et assez variés. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play.

VERDICT

Tales of Berseria apporte un vent de renouveau sur la célèbre série. L'intrigue s'avère plus sombre qu'à l'habitude, le personnage de Velvet n'y étant pas étranger, le système de combat n'a jamais été aussi accessible, et l'univers demeure particulièrement coloré, proche des mangas. Même si la réalisation technique montre encore la filiation PS3, cet opus saura séduire les amateurs de RPG.

Poster un commentaire
Vous devez être identifié pour accéder à cette fonctionnalité

Utilisateur
Mot de passe
 
Notre Avis
8 / 10
Publicité
Informaticien.be  - © 2002-2017 Akretio SPRL  - Generated via Kelare - Hosted by Verixi Internet Services
The Akretio Network: Akretio  - Freedelity  - KelCommerce  - PhotOsez  - Votre publicité sur informaticien.be ?